Dès l’arrivée sur le tarmac de l’aéroport national de Medellin, en plein centre de la ville, le ton est donné. On sait qu’on va prendre un petit avion, c’est comme ça avec les compagnies régionales ici, mais ça fait toujours bizarre. L’avion est à hélice, 20 petites places, 1 siège de chaque côté, c’est l’heure d’embarquer. Le capitaine vient nous souhaiter la bienvenue et c’est lui même qui va nous parler des consignes de vols, puis il s’en rejoint à son cockpit, les portes restes ouvertes on voit toutes les commandes manuelles c’est assez fascinant à voir. Puis les moteurs démarrent, vrombissants, faisant vibrer la carlingue, et c’est le décollage en plein cœur de Medellin. On est totalement entouré par les montagnes, on vire à 180° tout en prenant de l’altitude, ça passe bien entendu !

Bon, dit comme ça, on a l’impression que c’est l’aventure de fou fou. 😉 Mais pas du tout, au final, l’avion est plutôt classe, le vol est super court, à peine 45 minutes, et passe sans aucun souci. C’est assez drôle de naviguer à si basse altitude, on voit bien les paysages et les sommets autour de Medellin, puis on s’engouffre dans les nuages au-dessus de la forêt tropicale, avant d’apercevoir une éclaircie, un peu de soleil, on sort des nuages et c’est la côte pacifique qui se dévoile sous nos yeux.

Ces paysages que nous voyons défiler en descendant vers Bahia Solano, nous en sommes certains, recèlent des trésors qui n’attendent que nous, les frissons nous parcourent la peau… nous espérons ce voyage depuis tellement de temps

Arriver à El Valle et découvrir la côte pacifique

Visiter El Valle, Bahia Solano

visiter el valle plage sur la côte pacifique colombienne

Lorsque les portes de l’avion s’ouvrent c’est le choc thermique attendu. La fouille militaire réglementaire passées, nous faisons la queue pour signer le registre et payer la nouvelle taxe touristique censée aider au développement local. Nous retrouvons notre contact qui va nous conduire en motocarro (tuk-tuk) jusqu’au petit village d’El Valle, à quelque 45 minutes de Bahia Solano. Le chemin démarre sur une piste chaotique, les pluies créent des trous d’eau difficiles à franchir, mais les TukTuk sont tous terrais ! À mi-chemin, sans prévenir la route se transforme en un asphalte agréable, signe ubuesque de la politique locale, et de manière générale de la corruption qui règne dans le monde politique colombien.

Arrivée à El Valle, direction la plage El Almejal, où notre chauffeur de TukTuk nous dépose à notre premier pied à terre de la semaine, chez El Nativo, dont nous vous parlerons plus bas dans la partie « où loger à El Valle« .

Une fois nos affaires installées, nous nous posons au resto extérieur tenu par la famille d’El Nativo (oui El Nativo est le surnom du patriarche de la famille ;-)) La terrasse couverte donne sur un petit jardin qui ouvre directement sur la plage. Le papa d’Angélica arrive par le prochain avion de Satena, nous l’attendons pour aller découvrir les alentours. Les retrouvailles se prolongent autour d’une bière, le lieu est juste super agréable pour discuter et profiter de la brise marine.

La chaleur aidant nous partons pour notre première baignade dans les eaux du Pacifique ! Ici comme ailleurs en Colombie, l’eau est particulièrement chaude et délicieuse. Les vagues rappellent un peu la maison et notre côte girondine, l’occasion de s’éclater comme il faut 😉 D’ailleurs il est possible par ici de prendre des cours de surf.

Pendant la baignade on rencontre Juanito, sûrement l’un des plus jeunes pêcheurs d’El Valle 😉 Du haut de ses 8 ans, il est le dernier garçon d’une fratrie de 9 enfants. Il a deux frères pêcheurs également. Il est tellement fier de nous montrer sa pêche du jour qu’il accepte de poser pour la photo 🙂

Une fois énumérés tous les prénoms et âges de ses frères et sœurs, Juanito et son tee-shirt troué s’en retournent chez lui en courant. On le croisera d’autres fois pendant les jours suivants, toujours avec un grand salut et toujours avec son grand sourire sur son beau visage.

Nous partons au village pour chercher des bidons d’eau afin d’avoir du stock pour éviter de boire l’eau du robinet. Le début de séjour en fanfare pour Angélica qui est tombée malade à Medellin nous décide à prendre toutes les précautions. Pour nous y rendre, nous passons par la sublime plage de sable noir bordée de cocotiers qui coure jusqu’à l’entrée du village. Nous marchons en profitant du paysage, constatant également les déchets plastiques rapportés par la mer, sans savoir que ce sera là l’un des leitmotivs de notre voyage.

Arrivés à l’embouchure de la rivière nous traversons l’hôtel Kipara pour rejoindre le sentier qui mène au village. Nous ne savons pas encore que nous y passerons une nuit au retour du PNN Utria.

Le village d’El Valle, qui se situe à environ 20mn à pied de la Playa El Almejal, a la simplicité des petits villages pauvres de Colombie. Rues en terre, commerces locaux dans leur jus, l’ambiance y est tranquille et métissée : ici vivent ou survivent principalement les communautés afrodescendantes et les communautés indigènes Embera. On assiste aux scènes de vie du quotidien, la découpe de la viande sur le trottoir, les indigènes qui viennent faire les courses en pirogue, les étudiants qui reviennent de Bahia Solano, les enfants qui pêchent dans la lagune…

De retour du village avec notre eau sur les épaules, nous continuons de profiter tranquillement : laisser le temps couler sur la côte Pacifique… quoi de mieux ? Et puis cela fait 2 ans qu’Angélica n’a pas vu son père, l’ambiance est aux sourires et aux retrouvailles.

Le jour descendant nous retournons profiter de la belle lumière et découvrons notre premier ballet des pêcheurs locaux. Ici la pêche sert en premier lieu à nourrir la famille, et dans un deuxième temps à la faire vivre si possible. Elle se pratique, pour la pêche traditionnelle, à la bobine depuis le bord de la plage. Un simple fil dans la main et on lance la ligne le corps à moitié plongé dans les vagues. Le système est basique, mais sacrément efficace dans des eaux poissonneuses comme celles de la côte pacifique colombienne ! Les pêcheurs professionnels eux sont dans leur lancha un peu plus au large pêchant au filet.

La famille d’El Nativo est très accueillante et aimable, l’ambiance est détendue, pas de stress ici. Comme avec tous les hébergements que l’on trouve à El Valle, toutes les activités habituelles du coin sont organisables. Il suffit de demander 😉 El Valle étant une des destinations pour aller voir les baleines en Colombie, nous sommes évidemment venus pour cela. C’est la première chose dont nous avons discuté avec Kike le fils d’El Nativo qui s’occupe de l’accueil des touristes et guide les tours. Rendez-vous est pris pour le lendemain, au programme : observation des baleines, puis repas et découverte de la cascade El Tigre.

Malgré la simplicité dans laquelle vit la famille sur son lopin de terre d’El Valle, il se trouve qu’El Nativo possède la Cascada El Tigre qui se trouve être l’une des plus belles des environs, comme nous nous en rendrons compte… L’idée pour lui est de retaper une cabane là-bas pour pouvoir accueillir les touristes et leur proposer un hébergement en hamac.

Mais trêve de longs discours, ce qui nous attend le lendemain sera une des plus belles journées de notre voyage !

Voir les baleines et mourir et voir les baleines

Visiter El Valle, Bahia Solano

voir les baleines el valle bahia solano colombie

C’est le ventre bien rempli que nous partons dès le matin avec la lancha d’El Nativo pour aller observer les baleines. En cette saison, elles sont un peu partout disséminées sur la côte pacifique de la Colombie, on croise des mamans seules avec leur baleineau nouveau nez ou des groupes qui regroupent mâles en rute et femelles pour la saison des amours. Les eaux calmes de la côte pacifique sont à la fois le lieu privilégié de la reproduction des baleines à bosse mais aussi là où elles donnent naissance à leurs baleineaux.

Figurez-vous que seulement quelques minutes après avoir embarqué, on repère au loin les panaches provoqués par le souffle des baleines à bosse ! Car oui ne nous y trompons pas, ce n’est pas de l’eau que rejettent les baleines par leur trou au-dessus de la tête, mais bien de l’air chaud qui au contact de l’air forme de la condensation et ce panache bien connu. Et ce trou par lequel sort ce panache et bien figurez-vous que c’est tout simplement leur nez. Et bien merci Jamy !

La chance est avec nous. C’est avec un groupe de 5 baleines à bosse que nous allons passer les prochains instants. Elles sont là, à côté de nous, nageant paisiblement vers le large, leur majesté est sans commune mesure. Nous nous sentons minuscule dans notre petite barque. Nous sommes seuls avec elles et l’émotion est à son maximum, nous avions tant attendu ce moment, le cœur bat à mille à l’heure, le cerveau ne sait plus s’il doit rire, pleurer, crier, prendre des photos, filmer, profiter de l’instant…

Il n’y a plus de mots dans ces moments-là, le vocabulaire se réduit considérablement, juste des « OHLALAAAA » « C’EST PAS POSSIBLE ! », des « WOW », des « NON, MAIS C’EST PAS POSSIBLE ! », et puis des RHOLALALALA ! ».

Nous allons suivre les baleines pendant quelques minutes, qui paraîtront des heures, à tour de rôle des têtes, des queues, des dos, des souffles et leur voix… leur chant ! Avoir la chance d’entendre le chant des baleines est quelque chose qui personnellement m’a touché pour la vie. Moteur en sourdine, on pouvait distinctement entendre le chant plaintif et si particulier des baleines à bosse, in-cro-yable. Encore une fois nous sommes là confronté à la faiblesse des mots pour décrire l’émotion que l’on ressent face à ces êtres magiques.

L’une d’elles nous offrira même le cadeau d’un saut dont les baleines Jubarte ont le secret. Tout photographe rêve de capturer ce moment. Moi le premier. Mais pour le coup, ne pensant jamais me retrouver aussi près des baleines, j’avais pris un gros zoom pour l’occasion et j’étais carrément trop près pour réussir le shoot d’une vie… raté !

photo ratée d'une baleine à bosse en train de sauter en colombie

Laissons-les à leur naissance… Laissons-les à leur parade amoureuse, à leurs ébats… Laissons-les nager vers le large, à destination de nouvelles eaux accueillantes quelque part sur la côte colombienne ou ailleurs… Peut-être repartent-elles pour leur voyage autour du monde, entre les mers froides des pôles et les mers chaudes des tropiques, pour des milliers de kilomètres jusqu’à revenir ici, comme chaque année, pour ce phénomène incroyable de la migration des baleines en Colombie.

Comme orphelins, à la recherche de nouvelles rencontres, nous voyons des panaches nous appeler encore, mais nous ne reverrons plus nos amies baleines aujourd’hui. Peu importe, le spectacle auquel nous venons d’assister était tellement unique que la journée peut s’arrêter, la semaine, même le voyage tiens ! Sourire aux lèvres, nous nous dirigeons vers notre prochaine étape et faire de nouvelles découvertes.

Playa El Tigre, paradis

Visiter El Valle, Bahia Solano

La plage El Tigre à El valle , Bahia Solano en Colombie

La lancha prend de la vitesse et quelques dizaines de minutes plus tard nous abordons une petite crique de sable clair où vient se jeter une cascade sortie d’une jungle luxuriante. Vision surréaliste : Bienvenue à la Cascada del Tigre !

Pendant que le repas au feu de bois se prépare, nous partons avec Kike découvrir la plage. Nous laissons la crique pour nous rendre sur une plage adjacente plus grande au bout de laquelle on découvre une immense grotte emplie de chauve-souris. La plage est remplie de milliers de Bernard l’ermite de toutes les formes, de toutes les tailles, et de crabes rouges plus rapides que l’éclair.

Une sensation de virginité émane de cet endroit et pourtant… ici comme ailleurs la pollution plastique est présente, bouteilles, bidons, bouchons, verres, pailles, tongs, sacs, tout y passe… les mâchoires se serrent, l’incompréhension est toujours la même, ici en Colombie ou ailleurs dans le monde, quand va-t-on cesser d’utiliser ces matières plastiques ? Quand va-t-on cesser de se comporter comme des porcs ?

Sur le retour Kike nous amène dans un endroit fa-bu-leux : une autre cascade qui se jette sur la plage et forme une vasque où l’on peut se baigner. Une cascade qui se jette sur la plage... dit comme ça je ne sais pas si c’est possible de bien se rendre compte, mais les photos aideront. Une cascade sur la plage, avec une baignoire naturelle d’où évidemment on profite de la vue sur l’océan pacifique… sérieusement… dans un moment comme cela, le palpitant repart à 10 000 et on se dit :  non mais ce n’est pas possible ! Je rêve ou bien ? Mais où je suis là !? « Una locura » comme on dit, un truc de fou furieux.

De retour à la cabane, nous profitons d’un bon poisson grillé bien mérité ! Puis c’est le moment d’aller nous enfoncer dans la jungle. Depuis la cascade principale, nous remontons le cours de la rivière à flanc de montagne, la végétation est folle comme toujours dans cette région sauvage du Choco, l’eau douce est fraîche et les baignades se succèdent. On pourrait monter comme cela jusqu’au sommet de la montagne, mais la fatigue nous gagne et nous décidons de redescendre et de rentrer tranquillement.

Il est temps de commencer à laisser reposer la journée. Lentement, laisser reposer toutes ces émotions. Lentement se rendre compte de la chance que nous avons. Doucement prendre conscience de l’expérience que nous avons vécue. Secouer la tête pour être sûr de ne pas avoir rêvé. Se regarder, sourire. Se poser sur la plage pour contempler les dernières lueurs du jour et remercier la vie, la terre, la nature et se dire qu’il faut la protéger.

Infos pratiques sur El Valle, Bahia Solano

Comment se rendre et où loger à El Valle, Bahia Solano

hotels où dormir à el valle bahia solano en colombie

Point budget

Taxes

Nouvelle taxe de contribution au tourisme à payer à l’arrivée à l’aéroport : 30 000 pesos (≈ 8€)

Taxe aéroport à payer à la sortie : 7 000 pesos (≈ 2€)

Transport

Motocarro (tuktuk) de Bahia Solano à El Valle = 30 000 Pesos (1 à 3 personnes) (≈ 8€)

Hébergement

Entre 25 000 pesos (≈ 7€) et 450000 pesos (≈ 124€) en fonction de l’hôtel et confort choisi. À savoir que les hôtels plus hauts de gamme proposent la pension complète dans leur tarif.

Repas

Entre 12 000 (≈ 3€) et 15000 (≈ 4€) / repas

Excursions
  • Pack Observation Baleine + Cascada El Tigre (avec El nativo) = 150 000 pesos (déjeuner inclu) (≈ 41€)
  • Observation Baleine = 100 000 pesos (≈ 28€)
  • Cascada del Tigre = 70 000 pesos (≈ 19€)
  • Ensenada Utria = 100 000 pesos (≈ 28€) pour le transport + Entrée au parc = 46 500 pesos (≈ 13€)
  • Rio Tundo = 50 000 pesos (≈ 14€)
  • Communautés Embera = 120 000 pesos (≈ 33€)

Où loger à El Valle, Bahia Solano

Posada El Nativo

Lors de notre passage, les hébergements proposés étaient deux grandes Cabañas avec plusieurs lits qui font office de dortoirs et des chambres privatives dans la maison principale de famille avec douches et w.c. communs. Pour tout dire le confort n’était pas vraiment au rendez-vous, le lit en 120 était un peu trop petit pour deux, le matelas en mauvais état et les w.c. bouchés… Les Cabañas avaient l’air un peu mieux entretenues, nous vous conseillons donc de demander à y être logé. Mais la famille d’El Nativo nous a dit vouloir créer de nouvelles chambres privatives dans le jardin, donc peut-être seront-elles en place lors de votre prochaine venue.

El Nativo - Voir les tarifs
Eco Hotel Kipara

C’est le deuxième hébergement où nous avons dormi à notre retour du PNN Utria dont nous vous parlerons dans un prochain article. Le standing est supérieur, mais l’accueil est au niveau. La señora Rubiela n’est un amour de personne. Elle peut bien sûr ici, comme ailleurs, vous proposer toutes les activités classiques. Le lieu, les chambres, la piscine, la terrasse du restaurant sur la plage avec vue sur le sublime rocher d’El Valle, tout amène à pouvoir profiter dans les meilleures conditions d’un séjour à El Valle. (Pension complète)

Kipara - Voir les tarifs
El Morro

Un hotel que l’on avait envie de tester mais qui était complet lors de notre venu, une cabane sur la pointe de la plage El Almejal, avec une vue splendide directement sur l’océan pacifique et ses fabuleux couchers de soleil ! (Pension complète)

El Morro - Voir les tarifs
Ecolodge El Almejal

C’est le lieu magique dont tout le monde rêve, celui dont tout le monde parle, l’hotel le plus connu d’El Valle, le plus cher également 😉 Alors si vous avez le budget et que vous voulez un petit bout de paradis les pied dans l’eau, c’est ici que cela se passe (Pension complète)

El Almejal - Voir les tarifs

Comment se rendre à El Valle, Bahia Solano

Par avion

Depuis Medellin avec ADA ou Satena.
→ Durée : 1h00
→ Tarif : environ 400 000 pesos (≈ 110€) aller-retour. Mais attention si vous réservez trop à la dernière minute, certaines dates pourront être complètes et les prix monter en flèche.

Depuis Bogota avec Satena
→ Durée : 3h00 Avec une escale à Medellin
→ Tarif : environ 600 000 pesos (≈ 165€) aller-retour. Mais attention si vous réservez trop à la dernière minute, certaines dates pourront être complètes et les prix monter en flèche.
→ Taxe de tourisme à payer à l’aéroport de Bahia Solano : 7000 pesos (≈ 2€)

En cargo

On se rend compte que beaucoup de personnes cherchent cette option, nous cela me surprend, car c’est juste très très long et soit dit en passant Angélica a le mal de mer !!! … mais également parce qu’il y a d’autres options bien plus proches de Buenaventura pour profiter de la nature et abserver les baleines ! Nous vous parlerons plus bas dans cet article. Cela dit, pour ceux qui aiment les cargos et ont envie de jouer aux aventuriers, voici les infos que nous avons pu recueillir 😉 :

Depuis Buenaventura
Durée : 24h – 30h
→ Tarif : une couchette en cabine et les repas pour environ 140 000 pesos (≈ 39€)
Départ seulement une ou deux fois par semaine selon les compagnies depuis le quai “El piñal”. On parle de départs le mardi, mais à priori les jours ne sont pas fixes, donc à voir sur place.
→ Contacts : Transportes Renacer – Óscar Restrepo – Mobile : (+57) 314 617 88 59
Mais vous pouvez vous renseigner sur place, nous avons entendu parlé d’un bateau qui s’appelle El Mediteraneo, nous ne savon pas par qui il est opéré.

En lancha

Depuis Buenaventura
→ Durée : 6h – 10h
→ Tarif : 200 000 pesos (≈ 55€), départ tous les jours, trajet qui peut être éprouvant physiquement (si la mer est agitée la lancha ça tape et pendant 6h c’est long !)
Départ depuis le “Muelle Turistico”
→ Contact : Transportes Bravo – Mobile : (+57) 314 886 35 57

El Muelle Turistico de Buenaventura : zone d’où partent les lanchas pour Juanchaco, Ladrilleros, mais aussi Nuqui ou Bahia Solano. C’est à priori la zone la plus sécuritaire de Buenaventura, on y trouve hôtels, restaurants, marchés.  Buenaventura a mauvaise réputation, mais les choses changent, comme le prouve cet article du New York Times 😉

Depuis Nuqui
→ Durée : 1h30 – 2h00
→ Tarif : 80 000 pesos (≈ 19€)
Attention il n’y a pas des départs tous les jours, la solution la plus simple sera de faire Nuqui > PNN Utria, puis PNN Utria > El Valle, car les départs pour le parc sont plus fréquents

Où manger à El Valle

Sur les plages d’El Valle, il n’y a pas vraiment de restaurants, ce sont les hostals, posadas, hotels qui proposent des pensions complètes, c’est ce que nous avons fait. Dans le village il y a des options de restaurations que nous n’avons pas testées.

On reste en contact ?

Envie d'épingler cet article sur Pinterest ?

Inscris-toi à notre Newsletter !

el valle ou la découverte de la côte pacifique en colombie
el valle ou la découverte de la côte pacifique en colombie