Visiter Le Guaviare, la porte de l’amazonie

Publié le

Lors de notre voyage en 2019 nous avons eu la chance de partir à San Jose del Guaviare, une région que nous avions envie de visiter depuis plusieurs années. Vous n’imaginez pas comme nous avons été heureux de pouvoir réaliser ce rêve !

Cela a été possible notamment grâce à l’invitation d’Aventure Colombia qui nous a proposé de nous accompagner dans la découverte de cette région de Colombie qui s’ouvre au tourisme et qui a énormément à offrir

Nous y avons vécu 5 jours exceptionnels tant par la beauté des sites naturels visités que par les rencontres humaines fortes ! De belles âmes qui travaillent à montrer la beauté d’un Guaviare de paix et de réconciliation.

Infos pratiques en bas

Toutes les informations pratiques concernant le Guaviare sont à retrouver en bas de l’article :
Agence pour visiter le Guaviare
Comment s’y rendre
Où loger

San José del Guaviare

Visiter le Guaviare

visiter le Guaviare
Muelle de San Jose del Guaviare

San José del Guaviare est une ville récente à l’échelle de l’histoire de la Colombie. La ville a été fondée en 1938 par des missionnaires (comme d’hab…) et considérée comme une municipalité officielle en 1976 seulement. Durant toute la fin du 19e siècle et première moitié du 20e siècle, la population de « colons » est restée minuscule (quelques maisons à peine).

Comme partout en Colombie, la région était bien entendu déjà habitée par des populations indigènes, toujours présentes aujourd’hui  : les Guayaberos, les Sikuanis, les Nukak Maku… des communautés nomades d’Amazonie.

C’est après la guerre civile appelée « violencia » dans les années 50 que le village s’est vraiment développé rapidement, avec l’arrivée de travailleurs, de nouveaux « colons », venus de toutes les parties du pays pour faire fortune dans la culture du caoutchouc. San Jose del Guaviare a toujours été considéra comme une sorte d’El Dorado pour tous les déshérités de Colombie, un endroit où dans l’imaginaire il était facile de refaire sa vie.

Le Guaviare était réputé pour ses richesses naturelles et San José del Guaviare a vécu plusieurs périodes de « boom » économiques : le caoutchouc d’abord, les peaux d’animaux sauvages ensuite, puis les cultures illicites comme le cannabis et plus tard la coca. Chacune de ces activités illicites a généré des problématiques de violence dans la région qui a longtemps fait sa mauvaise réputation.

En effet, le Guaviare a longtemps été un épicentre du conflit armé avec une forte présence de la guérilla, des paramilitaires et de l’armée colombienne, le tout sous couvert de lutte d’influence pour le narcotrafic. La population locale a été fortement impactée par ce conflit, la plupart des habitants ont vécu de près ou de loin des cultures illicites avec les problématiques de servitude et d’insécurité qu’elles ont pu engendrer.

Le Guaviare, une destination magique et un tourisme pour la paix

Aujourd’hui, avec les accords de paix et avec les programmes de conversion des cultures illicites le Guaviare est en train de relever la tête. Le tourisme a part important à jouer dans ce processus de reconstruction. Nous avons passé 5 jours sur place, 5 jours qui resteront gravés dans notre mémoire pour longtemps.

Le Guaviare c’est la porte de l’Amazonie, des rivières aux cinq couleurs similaires à Caño Cristales, des sites de peintures rupestres indigènes millénaires, des formations rocheuses faisant partie des plus anciennes de la planète, et une richesse naturel, faune et flore exceptionnelle avec pour ne citer qu’eux la possibilité de nager avec les fameux dauphins d’eau douce d’Amazonie

Avant d’arriver dans le Guaviare, nous avions passé 3 jours dans le Casanare. Pour nous rendre à San José del Guaviare nous avons pris un bus de Yopal jusqu’à Villavicencio où habite un oncle d’Angélica. Nous y avons passé la nuit puis le lendemain l’oncle d’Angélica nous a emmené en voiture de Villavicencio jusqu’à San José.

Il faut savoir qu’aujourd’hui il est très facile de se rendre à San Jose del Guaviare  : il y a des bus directs depuis Bogota ou en faisant une pause à Villavicencio et des vols directs depuis Bogota avec Satena.

Plus rien ne vous empêche de venir visiter le Guaviare ! Et on espère que notre carnet de voyage vous donnera définitivement envie de vous y précipiter.

Contact et infos pour un séjour dans le Guaviare

Playa Güio

Visiter le Guaviare

Playa Guio dans le Guaviare en Colombie
Playa Güio, à 20 minutes de San José del Guaviare

Nous arrivons à San José pour le déjeuner et nous rencontrons pour la première fois Javier, leader du projet de tourisme communautaire Playa Güio. De suite la connexion avec Javier est forte, on sent chez lui sa passion pour le projet qu’il défend maintenant depuis de nombreuses années. Il nous amène chez lui où sa femme a préparé un succulent Sancocho de gallina. Javier commence à nous raconter son histoire, une histoire forte et exceptionnelle. 

Javier est un des pionniers du tourisme à San Jose del Guaviare. Il a vu, avant tout le monde, le tourisme comme une alternative possible aux cultures illicites quand personne ne croyait au tourisme dans la région. Il a fédéré ses voisins, cultivateurs de coca, pour les convaincre d’arrêter la culture de la coca et créer une coopérative proposant des hébergements et des services touristiques autour de la Laguna Negra. Il s’est battu pour que le tourisme soit reconnu comme un potentiel de développement du Guaviare et une alternative à la culture de la coca.

Vous l’aurez compris, à peine nous étions arrivés que nous entrions de plein fouet dans la réalité de l’histoire tragique de San José del Guaviare. Nous vous proposerons de découvrir toute l’histoire de Javier dans un prochain article.

Au cours du repas, nous faisons la connaissance de Marcos, le fils de Javier, qui va être notre guide du jour pour aller découvrir la Puerta de Orion et la Laguna Negra. C’est donc le ventre plein et le cœur déjà empli d’émotion que nous partons à la découverte du Guaviare.

Puerta de Orion

Visiter le Guaviare

Puerta de Orion dans le Guaviare en Colombie
Puerta de Orion, Guaviare

L’oncle d’Angélica a décidé de passer la journée avec nous et c’est en 4×4 que nous nous dirigeons avec Marcos vers l’entrée menant à la Puerta de Orion. Ici comme ailleurs en Colombie, la plupart des sites d’intérêt touristiques se situent sur des terrains privés où les propriétaires demandent une participation financière. Nous découvrons un Marcos totalement passionné par son territoire et connaît parfaitement la flore et la faune locale à force d’avoir côtoyé les nombreux scientifiques universitaires qui viennent maintenant étudier les écosystèmes uniques du Guaviare.

Après une petite heure de marche, nous arrivons à la Puerta de Orion, une formation rocheuse d’origine marine (puisque recouvert par l’océan il y a des millions d’années) qui possède une ouverture significative en son centre.

La porte qui mesure environ 12 m de haut doit son nom à la constellation de Orion qu’il serait possible de voir parfaitement alignée au travers de l’ouverture durant les mois de juin… nous avons entendu dire que c’était plutôt au mois de décembre… d’autres versions affirment que le nom est dû au caractère sacré du lieu pour les indigènes qui se servaient de la porte pour communiquer avec les dieux.

Sur le chemin nous découvrons pour la première fois la plante emblématique du Guaviare, la « Flor del Guaviare », une espèce endémique, très reconnaissable, que l’on ne peut observer que dans cette région.

Au retour, un averse orageuse s’abat sur nous juste avant d’arriver à la voiture. Pendant trois jours nous allons avoir cette chance d’avoir du beau temps et quasiment chaque jour une grosse averse orageuse dans l’après midi, c’est le prix à payer dans cette région chaude et humide.

Laguna Negra

Visiter le Guaviare

Laguna Negra, visiter le Guaviare en Colombie
En chemin vers la Laguna Negra, Guaviare

Nous reprenons la route pour revenir du côté de Playa Güio où nous allons nous installer pour 3 nuits consécutives dans les cabanes construites par Javier pour accueillir les touristes de passage. Installés en pleine nature, au bord d’un canal menant à la Laguna Negra, les hébergements de Playa Guio sont uniquement accessibles en traversant le canal en canoë.

Ici, pas de connexion au réseau, pas de Wifi, juste le bruit de la forêt, de notre souffle et de nos voix. À savoir que mis à part dans le centre de San José il est très rare d’avoir du réseau dans les alentours. Ce sera donc 4 jours de véritable déconnexion, ou connexion à la nature, au choix de comment on voit les choses.

Les cabanes de Playa Güio sont très jolies, construites sur pilotis, car le terrain est inondé plusieurs mois par an lors de la saison des pluies, elles possèdent une salle de bain reliée à l’eau du canal et l’électricité grâce à des panneaux solaires installés sur chaque cabane.

Une fois nos affaires installées, nous partons avec Marcos pour une balade en barque sur le canal jusqu’à la Laguna Negra pour le coucher du soleil. Le trajet est l’occasion encore une fois d’échanger avec Marcos qui nous explique toute les spécificités de la faune et de la flore environnante, nous apercevons de nombreux singes et espèces d’oiseaux, difficiles à photographier avec la distance et le mouvement de la barque.

Au bout de ce corridor de nature encerclé par la forêt l’horizon s’ouvre tout à coup sur la Laguna Negra. D’un calme absolu, ces eaux sombres se transforment en un miroir parfait du paysage alentour, magnifique !

La couleur de la Laguna Negra et qui lui donne son nom est principalement due à la profondeur importante du lac et aux microorganismes présents dans l’eau. C’est pourtant une eau parfaitement propre à la baignade et nous ne nous privons pas pour piquer une tête ! L’eau est chaude et agréable, et en cette fin de journée où la chaleur a été intense, le moment est génial et fait du bien au corps et à l’âme. Nous remontons dans la barque pour le retour en admirant le ciel s’embraser des dernières lueurs du jour, les nombreux échassiers vont s’installer dans leur héronnière (Garcero). Moment qui nous rappelle les jours précédents dans le Casanare. Et nous rentrons doucement nous reposer à Playa Güio.

Le soir, c’est la femme de Marcos qui vient nous apporter un bon repas, nous profitons de la soirée pour discuter tous les quatre jusqu’à sentir la fatigue nous envahir. Nous partons nous reposer aux sons de la forêt, puissant les grillons envahissent la nuit, les singes viennent manger les fruits des arbres au-dessus de notre cabane et au loin les mâchoires des crocodiles se font entendre… CLAC !

Cerro Azul

Visiter le Guaviare

Peintures rupestres de Cerro Azul dans le Guaviare en Colombie
Peintures de Cerro Azul, Guaviare

Le lendemain, c’est Marcel, un autre guide local installé depuis peu dans le Guaviare après avoir passé quelques années en France. Marcel vient nous chercher à Playa Güio pour nous accompagner à Cerro Azul l’un des sites les plus importants de la Serrania de la Lindosa, autour de San Jose del Guaviare.

Cerro Azul (autrement appelé Cerro Pinturas) est un Tepuye, formation rocheuse parmi les plus anciennes sur terre, cachée au milieu de la forêt où l’on peut observer des peintures rupestres datant selon les estimations de plus de 12 000 ans pour les plus anciennes.

L’accès au Cerro Pinturas (encore une fois sur une propriété privée) est règlementé et autorisé uniquement en présence d’un guide issu du village de Cerro Azul. C’est donc William, un jeune de ce village qui va nous accompagner avec Marcel.

Après une marche d’approche entre savane et forêt nous arrivons au pied des parois du Tepuye et nous découvrons le premier « panneau » qui offre la concentration la plus importante de pictogramme de Cerro Pinturas. Même si nous avions vu des images, la surprise est là, c’est magnifique ! Le moment est à l’admiration, au questionnement, à l’effervescence dans le cerveau.

Devant ces peintures millénaires, l’imagination est au pouvoir  ! En faisant le tour du Tepuye, nous découvrons deux autres panneaux de peintures rupestres, beaucoup plus grands, et très différents par leur physionomie, la variation des pictogrammes, et la façon dont ils sont exposés au regard.

Les peintures représentent des scènes de vie, chasse, de combats, de danse, de cérémonies liées aux croyances indigènes, des représentations d’animaux, d’hommes, de formes géométriques et autres symboles… On ne sait pratiquement rien de l’origine exacte de ces peintures. On sait qu’elles sont le fruit des cultures indigènes amazoniennes mais qui les a réalisées, d’où venaient-ils, qui étaient-ils exactement ?

Toutes les interprétations sont possibles et les discussions avec William et Marcel vont bon train !

Avant de rebrousser chemin nous traversons les entrailles du Tepuye pour ressortir de l’autre côté et monter au mirador qui offre un point de vue unique sur l’immense forêt amazonienne. Du vert, du vert, du vert, à perte de vue ! L’occasion de laisser courir nos émotions, nos tonnes de questions restées sans réponse, mais c’est ce qui fait la magie de Cerro Azul  : Cerro Azul nous laisse bouche baie devant l’esthétique des fresques, admiratif face au message d’une culture séculaire.

De retour à Playa Guio, après un bon repas en compagnie de la famille de Javier et Marcos, le sommeil nous appelle ! Les journées sont intenses et les soirées sont agitées par les sons de la nature et l’humidité intense qui gagne la nuit amazonienne.

Contact et infos pour un séjour dans le Guaviare

Les dauphins roses de Damas de Nare

Visiter le Guaviare

Dauphines roses d'Amazonie dans le Guaviare en Colombie
Dauphins roses d’Amazonie

Le lendemain c’est à 5h du matin que nous avons rendez-vous avec Marcos direction la Laguna Damas de Nare  : nous allons rencontrer les dauphins d’eau douce d’Amazonie !

Après 1h30 de navigation sur le rio Guaviare nous entamons une marche jusqu’au QG de l’association EcoNare qui développe localement un tourisme communautaire. Le projet EcoNare est, comme celui de Playa Güio, un pur produit du programme de conversion des cultures illicites de coca du gouvernement.

C’est Pacho, leader du projet, qui nous accueille chez lui. Il nous explique comment la région a été l’épicentre du conflit entre guérilla et paramilitaires. Après la démobilisation des forces paramilitaires, la zone a retrouvé son calme et quelques années après, le tourisme s’est invité comme une option possible pour changer la vie.

Depuis plus de 30 ans que Pacho et sa femme vivent là, ils ont toujours connu les dauphins roses de la Laguna, les « toninas » comme on les appelle ici. Les discussions avec Pacho vont bon train, mais il est l’heure de partir sur la lagune ! Nous commençons à naviguer sur la Laguna et Pacho appelle les toninas de son fameux « taaaaaatiiiiis » ! Et quelques secondes plus tard, les voilà… elles/ils sont trois ou quatre dauphins à nous suivre, de près et de loin, comme s’ils avaient répondu à l’appel de Pacho.

Ici il est important de préciser que les dauphins roses de la Laguna Damas de Nare ne sont ni captifs, ni domestiqués ni nourris, ni quoi que ce soit. Il s’agit là de leur milieu naturel, un lieu où les dauphins vivent depuis toujours, se nourrissent par eux-mêmes et se reproduisent. C’est à eux de décider s’ils ont envie ou pas d’interagir avec nous, pas l’inverse.

Nous plongeons dans l’eau avec nos gilets de sauvetage et entamons un petit barbotage qui durera plus d’une heure, l’occasion de continuer les discussions avec Marcos et Pacho. Pendant ce temps les dauphins sont là, puis disparaissent, ils nous tournent autour, jouent avec la corde du bateau, magique. 

Finalement un dauphin s’approche de moi et vient se frotter à mes jambes  ! Le contact avec sa peau est tout doux ! Il me pousse le derrière avec son rostre, il est là, me tourne autour à 20 cm, je peux apercevoir sa peau blanche à travers l’eau sombre du lac, un moment unique, une expérience totalement folle dont je me souviendrais longtemps… 

Tout le monde n’aura pas la même chance, mais tout le monde pourra profiter de la simple présence des dauphins qui s’amusent autour de nous, et dont on aperçoit fréquemment les retours à la surface autour de nous.

C’est le ventre bien plein après un bon repas que nous reprenons la route du retour et nous allons avoir la chance de profiter de la faune locale : micos titi, churuco, oiseaux, et un marais où nous dit-on il vaut mieux éviter de se baigner, pirañas obligent…

De retour dans la voladora (lancha rapide) après cette journée riche et intense, les pensées divaguent et le sommeil gagne doucement.

Tranquilandia, le petit Caño Cristales

Visiter le Guaviare

Tranquilandia, le petit caño cristales dans le Guaviare en Colombie
Tranquilandia, le petit caño cristales, Guaviare

Déjà la dernière journée dans le Guaviare ! Nous avons vécu tellement de choses et tout est passé si vite ! Mais aujourd’hui une longue journée nous attend avec deux sites à visiter, à commencer à Tranquilandia pour aller voir le petit frère de Caño Cristales, la rivière aux cinq couleurs ! 

Pour ceux qui ne le savent pas, il existe en Colombie des rivières qui prennent chaque année pendant quelques mois des teintes rouges, orange et jaune d’une beauté incroyable ! La rivière aux cinq couleurs la plus connue est bien sûr Caño Cristales, mais peu de monde sait qu’il est possible d’admirer les mêmes couleurs dans le Guaviare et notamment à Tranquilandia, un des sites les plus connus ici.

Aujourd’hui c’est Franklin qui va nous guider toute la journée. Franklin, encore un jeune de San José del Guaviare passionné par sa région et qui s’est formé au métier de guide en grande partie de façon autodidacte en lisant beaucoup de livres et en passant du temps avec les scientifiques de passage ici. C’est comme Marcos, un véritable puits de science, notamment sur la flore du Guaviare dont il est littéralement amoureux.

Arrivés sur le site de Tranquilandia, nous partons sous un soleil écrasant découvrir la rivière aux cinq couleurs. Sur le chemin Franklin nous parle un peu de la flore locale, de la formation de la rivière et finalement des raisons pour lesquelles la rivière prend ces teintes de couleurs.

Il s’agit d’une algue endémique que l’on appelle « Macarenia clavigera » et qui a la propriété de changer de couleurs un peu comme les feuilles des arbres naissent, changent de couleur et meurent chaque année en fonction des saisons. Ici c’est la quantité d’eau dans la rivière qui va faire que l’algue va passer du stade « d’hibernation » lorsque la rivière est à sec, à un réveil quand l’eau réapparaît, jusqu’à développer des teintes de plus en plus rouges au fur et à mesure que l’eau lui apporte ses nutriments. C’est au mois de juin que l’algue possède ses couleurs les plus intenses et profondes, mais lorsque nous y étions en septembre, les couleurs de la rivière étaient toujours belles et majestueuses.

C’est très beau de découvrir en se rapprochant de la surface de l’eau la petite algue qui produit ce splendide tableau de maître.

Aujourd’hui, il est interdit de se baigner et d’entrer dans l’eau sur toute la partie où l’algue est présente. Encore une belle initiative de protection pour préserver ce site exceptionnel, surtout que comme on vous l’expliquait plus haut, un site de baignade est aménagé à l’entrée et c’est ici que va se terminer notre matinée à Tranquilandia ! 

Une petite cascade en amont du premier bassin est accessible également à la baignade, un moment parfait pour se ressourcer après ces quelques heures passées en plein soleil à contempler l’un des plus beaux spectacles du Guaviare !

Los Tuneles

Visiter le Guaviare

Visiter le Guaviare en Colombie
Savane autour de Tunnels, Guaviare

Après un détour par San José, histoire de manger la « Mamona » une spécialité des llanos, terre d’élevage de bœuf (comme on vous en parle dans notre article sur le Casanre). Pour ceux qui aiment la viande, c’est une tuerie, un truc bien bon et fondant, servi avec des papas saladas, et un jus de fruits frais  : parfait.

Nous reprenons la route direction « Los Tuneles », un site où l’on va observer… attention suspens… des tunnels creusés dans la roche ! La première partie de la balade se fait à paysage découvert, sur une immense et magnifique savane aux couleurs jaunes, des tout petits lits de pierre font penser à de mini ruisseau à sec (détails importants pour la suite du récit).

Au loin le ciel est noir et vient contraster avec ce paysage ensoleillé et coloré. Puis nous arrivons près de formations rocheuses volcaniques très anciennes. Comme des sculptures posées là au milieu du paysage, certaines donnent l’impression d’avoir été sculptées, d’autres de défier les lois de la pesanteur, on y joue à desceller des images, des formes… et on découvre qu’ici aussi quelques traces de peintures rupestres indigènes sont visibles.

En quelques minutes, le ciel noir recouvre nos têtes, nous poursuivons le chemin vers Los Tuneles, l’orage gronde, puis d’un coup, comme si Zeus avait ouvert les vannes du ciel, une énorme pluie s’abat sur nous. En quelques secondes nous sommes tous trempés. Lorsque nous arrivons au site, nous pouvons nous abriter, mais la pluie redouble et chaque ornière, chaque sentier devient rivière. 

Nous décidons de poursuivre l’exploration des tunnels, plus rapidement que prévu, car plusieurs dangers menacent lorsque l’orage gronde comme cela. L’un des dangers n’est autre que la sortie des serpents de leurs abris. Nous avançons en ligne derrière Franklin qui vérifie chaque pas avec sa lanterne pour éviter une mauvaise rencontre. L’ambiance est clairement à Indiana Jones, entre les tunnels, les lianes qui pendent, la végétation à travers les rochers, la pluie qui tombe en cascade… Indiana Jones, ou Jumanji, ou votre film d’aventure dans la jungle préféré, mais vous voyez l’image quoi, on y était !

Le plan de fin de journée après avoir visité Los Tuneles était de se rendre à la rivière pour profiter d’une baignade dans les vasques d’eau cristalline. Sur le chemin les sentiers sont transformés en rivière, nous marchons dans 10 cm d’eau, prenant le parti que mouillées pour mouillées nos chaussures auront le temps de sécher à Bogota ! Arrivés à la rivière, le niveau d’eau est tellement monté qu’on n’aperçoit plus aucune vasque, plus rien qu’un torrent en furie qui n’invite pas vraiment à la baignade. De toute façon nous sommes trempés et bien rafraîchis donc tout va bien !

Nous prenons le chemin du retour, les petits lits de pierre à sec entrevus à l’aller sont devenus de jolis ruisseaux, le paysage a totalement changé, et tout cela en quelques minutes, impressionnant ! De retour à la voiture heureusement nous avions du rechange, la pluie cesse, le soleil revient et le retour est joyeux.

Nous arrivons justes avant la nuit à San Jose del Guaviare et nous allons dîner avec l’oncle et le cousin d’Angélica pour notre dernière soirée. Tous les deux sont pilotes d’avions-cargo. Ils font notamment les aller-retour pour approvisionner Mitu au cœur de l’Amazonie. Un métier d’aventurier sur des avions où tout se pilote encore à la main, sans ordinateurs de bord et sans pilotes automatiques.

L’heure du départ, l’heure du bilan

Visiter le Guaviare

Coucher de soleil sur San José del Guaviare en Colombie
Coucher de soleil sur le rio Guaviare

Comme nous partons tôt le lendemain matin nous allons dormir chez Marcel qui propose des chambres à la location dans le centre de San José del Guaviare. Le lendemain c’est le retour à Bogota par le premier avion avec le Guaviare dans notre tête et dans notre cœur.

Nous repartons le coeur chargé d’émotions mêlées et des souvenirs plein la tête. Nous nous souviendrons de Javier et Pacho, les « vieux » venus d’ailleurs et leur témoignages si forts et émouvant sur leur vie passée et leur combat pour faire du tourisme un vecteur de transformation du territoire. Nous nous souviendrons de Marcos, William et Franklin, ces jeunes nés dans le Guaviare si passionnés et passionnants qui donne espoir en l’avenir du Guaviare. Nous nous souviendrons de cette incroyable diversité du Guaviare, sur un territoire si réduit la possibilité de vivre tellement de choses différentes est vraiment une expérience unique.

Vous l’aurez compris, le Guaviare est une nouvelle destination où le tourisme a un rôle majeur à jouer dans cette période post-conflit. Notre rôle est de vous encourager à venir visiter le Guaviare, vous vivrez une expérience inoubliable et participerez au développement de la paix dans un département qui en a fortement besoin !

Contacts et infos pour un séjour dans le Guaviare

  • Le Guaviare fait partie de ces régions qu'il n'est pas possible de visiter sans guide local, les routes nécessitant un véhicule 4x4 et la région étant encore sensible.

    Pour visiter le Guaviare et vivre une belle expérience nous vous conseillons de contacter directement Aventure Colombia et d'organiser votre séjour avec eux.

    Cela dit à cause de ses spécificités (guide + transport 4x4 obligatoire) c'est une destination qui est relativement chère.

    Les tarifs des tours privatifs sont dégressifs en fonction du nombre de personnes que vous êtes. Possibilité d'intégrer des tours partagés selon disponibilité. Faire la demande auprès de l'agence.

  • Whatsapp est beaucoup utilisé en Colombie, c'est une solution facile pour communiquer rapidement avec votre interlocuteur. n'oubliez de rajouter le prefixe pays à votre numéro :
    FRA +33 | COL +57 | BEL +32 | CAN + 1 | SUI +42 etc ...

  • Les tarifs des tours privatifs sont dégressifs en fonction du nombre de personnes que vous êtes. Possibilité d'intégrer des tours partagés selon disponibilité. Faire la demande auprès de l'agence.

Informations pratiques

San Jose del Guaviare

Où loger à San José del Guaviare

Comment se rendre dans le Guaviare

Infos et réservation pour un séjour dans le Guaviare

  • Le Guaviare fait partie de ces régions qu'il n'est pas possible de visiter sans guide local, les routes nécessitant un véhicule 4x4 et la région étant encore sensible.

    Pour visiter le Guaviare et vivre une belle expérience nous vous conseillons de contacter directement Aventure Colombia et d'organiser votre séjour avec eux.

    Cela dit à cause de ses spécificités (guide + transport 4x4 obligatoire) c'est une destination qui est relativement chère.

    Les tarifs des tours privatifs sont dégressifs en fonction du nombre de personnes que vous êtes. Possibilité d'intégrer des tours partagés selon disponibilité. Faire la demande auprès de l'agence.

  • Whatsapp est beaucoup utilisé en Colombie, c'est une solution facile pour communiquer rapidement avec votre interlocuteur. n'oubliez de rajouter le prefixe pays à votre numéro :
    FRA +33 | COL +57 | BEL +32 | CAN + 1 | SUI +42 etc ...

  • Les tarifs des tours privatifs sont dégressifs en fonction du nombre de personnes que vous êtes. Possibilité d'intégrer des tours partagés selon disponibilité. Faire la demande auprès de l'agence.

Newsletter

Partagez c'est la vie !

Notre site contient des liens affiliés

EN SAVOIR PLUS

Laisser un commentaire