« Le XVIe siècle. Des quatre coins de l’Europe, de gigantesques voiliers partent à la conquête du Nouveau Monde. À bord de ces navires, des hommes, avides de rêve, d’aventure et d’espace, à la recherche de fortune. Qui n’a jamais rêvé de ces mondes souterrains, de ces mers lointaines peuplées de légendes, ou d’une richesse soudaine qui se conquerrait au détour d’un chemin de la cordillère des Andes ? Qui n’a jamais souhaité voir le soleil souverain guider ses pas vers la richesse et l’histoire des Mystérieuses Cités d’or ? »

Ainsi parlait Zarathustra.
MMMMmmm Non.
Ainsi parlait la voix off du générique du dessin animé de mon enfance « Les mystérieuses cités d’or ».

El dorado. Mythe d’un ailleurs encore plus vert que dans le jardin du voisin.

Cela commence il y a loin loin loin. En Colombie. Avant nous. Avant les autres. On y parlait Chibcha et on s’appelait les Muiscas, « les hommes ». On y tissait, on y sculptait, on y chantait, on y vénérait, on y cérémoniait… Communion avec les dieux, les ancêtres, la nature… offrandes, rituels, sacrifices, légendes… les Muiscas avaient sacralisé les lagunes perchées dans les montagnes autour de la Bogotá d’aujourd’hui.

Lors de grandes cérémonies exceptionnelles se réunissaient autour de la lagune toutes les tribus Muiscas et d’autres tribus indigènes des pays voisins. Des offrandes multiples étaient jetées par les fonds, de l’or, des émeraudes, pour célébrer les dieux, appeler à une bonne moisson, faire se réaliser quelque chose d’important… Le chef de la tribu, le cacique, était enduit de poussière d’or pour aller féconder la lagune et ressortir lavé et purifié de son eau bienfaitrice.

Visiter la Lagune de guatavita

Cette légende, de cérémonies où l’or coulait à foison, fit le tour de la terre pour revenir dans les oreilles des conquistadores de l’époque, cela participa à la création du mythe de l’El Dorado et provoqua les invasions et les massacres que l’on sait. Pendant des décennies, les colons ont recherché cet El Dorado, ces « cités d’or » dont tout le monde parlait. Les indiens ont fait tout leur possible pour empêcher les colons de trouver ce qu’ils cherchaient, ils leur donnaient de fausses informations, les déroutaient vers d’autres terres, tout cela non pour protéger leur supposé trésor, mais plutôt pour protéger leur site sacré, leur lagune.

Beaucoup de lagunes autour de Bogota était des lieux rituels sacrés des Muisca (Comme la lagune d’iguaque, pas loin de Villa de leyva). Mais c’est ici, à la Lagune de Guatavita qu’est né l’un des plus grands mythes de l’humanité.

Il y aurait tant de choses atroces à raconter sur ce qu’il s’est passé ici à l’arrivée des conquistadores, l’entaille dans la lagune de Guatavita est suffisamment évocatrice pour imaginer jusqu’où les colons étaient prêt à aller pour vérifier si la légende était vraie… on tenta de vider complètement la lagune pour y déceler ses trésors, sans succès…

Alors parlons plutôt philosophie Muisca, celle qui est maintenant mise en avant lors d’une visite de la lagune de Guatavita, site protégé depuis peu.

 

Philosophie Muisca

 

L’EAU – Le guide de la vie qui danse dans l’univers, présente dans chacune de ses manifestations. Sur son chemin elle purifie l’âme et donne la fertilité à notre terre. Elle accompagne de son chant la réflexion qui naît du cœur. Rien n’est statique, tout se meut, change, mais l’essence des choses reste la même.

Laisses-tu les choses aller ou prétends-tu qu’elles restent toujours en un même lieu ?

LA TERRE – Corps de femme féconde. La terre est toujours prête à recueillir la semence et lui donner son énergie, pour qu’elle puisse croître sur son chemin vers la lumière du soleil. Corps sur lequel s’entretiennent les rêves. Mère nourricière, conseillère et sagesse de l’âme.

Comment es-tu avec ta mère ? Avec ton corps ?

LE FEU – La force de l’amour qui transforme la vie. C’est la lumière qui montre le chemin pour s’écarter des ténèbres des peurs que nous avons dans nos cœurs. Contrôler le feu de nos passions permet de rencontrer la paix de l’esprit et illumine le chemin pour ceux qui viennent après nous.

Avec ton feu tu te brûles ou tu te réchauffes ?

LE VENT – Souffle de vie. Tout va et vient, alors la pensée que nous projetons doit être emplie d’amour, pour recevoir la chaleur du chant et la guérison de la mère. Le messager de notre cœur, comme le colibri, va donne l’appel de la vie à chaque fleur que son vol fugace rencontre.

Quelle est la graine que tu partages quand tu rencontres quelqu’un sur ton chemin ?

entaille dans la montagne à la lagune de guatavita
Entaille dans la montagne pour essayer de vider la lagune

Tourisme responsable

Une prise de conscience salvatrice

Nous avons vraiment beaucoup apprécié cette balade, le côté mystique du lieu et l’énergie que l’on ressent. Il faut également mettre en avant le travail de préservation qui a été réalisé depuis quelques années pour protéger ce parc.

Comme nous l’évoquions plus haut, depuis la nuit des temps ce lieu a été saccagé pour en soutirer les trésors enfouis dans ses eaux. En 1912, des chercheurs d’or étrangers sont allés jusqu’à assécher totalement la lagune pour en extraire les restes d’or : une énorme entaille dans la montagne en garde les séquelles (on peut la voir sur certaines de nos photos). Peine perdue puisque les trésors étaient enfouis dans la boue du lac…

Plus récemment ce sont les touristes irresponsables qui sont venus à bout de l’écosystème jusqu’à une prise de conscience qui a provoqué la fermeture totale du site au public. Sous l’égide du Car (organisme régional de protection de l’environnement), la laguna de Guatavita a été fermée au public pendant près de 10 années afin de permettre à l’écosystème, faune et flore, de se régénérer. Rouvert depuis 2006, le nombre de visiteurs est aujourd’hui régulé et aucune visite n’est possible sans les guides officiels du parc qui durant toute l’année œuvre à la préservation de l’écosystème local.

Aujourd’hui un vrai travail de pédagogie est à l’œuvre pour faire comprendre aux visiteurs l’intérêt à la fois historique, naturel et philosophique de la laguna de Guatavita. On y apprend beaucoup sur la formation géologique de la lagune, le biotope et l’importance de l’eau, mais également sur l’histoire des Muiscas… La mise en valeur de la culture Muisca est maintenant au cœur du processus de développement local.  Par fois des membres de la communauté Musicas viennent sensibiliser le public à leur culture et leur tradition.

infos pratiques pour une visite à la lagune de guatavita
En route vers la Lagune de Guatavita

INFOS PRATIQUES

Tout ce qu’il faut savoir sur la Laguna de Guatavita

Idée : C’est un peu la suite de la visite au Musée de l’or, (où vous trouverez exposé le fameux radeau en or qui illustre le rituel dans la lagune) et aussi un plan hors des sentiers battus, car la plupart de gens choisissent de visiter la Cathédral de sel de Zipaquira.

Comment s’y rendre

La lagune de Guatavita se trouve à Sesquilé (et non pas à Guatavita ;)) un petit village pas loin de Guatavita, que nous vous conseillons de visiter au retour de la lagune.

Par la route : 2 options s’offrent à vous pour vous rendre à la lagune : Prendre un bus de Bogota pour Sesquile ou pour Guatavita et ensuite prendre une buseta jusqu’à la lagune. (le trajet est plus court de Sesquile à la Lagune que de Guatavita). Vous pouvez aussi prendre un taxi (Si vous voulez y aller plus vite et si vous disposez de plus de moyens).

Les bus vers ces villages partent depuis le Terminal del Norte ou du Terminal Salitre de Bogota.
→ Durée du trajet : entre 1h30 et 2h
→ Prix : 9000 pesos (≈ 3€)
Horaires Lagune : Mar-Dim : 8h30 – 16h
Nous vous conseillons de partir très tôt le matin car l’accès à la lagune est juste jusqu’à 16h.

Entrée de la Laguna Guatavita

Depuis quelques années la lagune est un espace protégé dont l’entrée est régulée. Le prix d’entrée donne droit à une visite accompagnée par un des guides du parc (pour nous c’était en espagnol, mais il est possible que des visites en anglais existent, car tous les panneaux informatifs sont traduits en anglais). Vous apprendrez non seulement l’histoire de ce site sacré pour les Muiscas, mais également plein d’infos sur la végétation et l’écosystème que vous observerez le long de la balade..

Tarif : 17 000 pesos (≈ 5€)
Durée de la visite : environ 2h

Retour : La sortie de la visite se fait par un chemin différent de celui de l’entrée. Ne vous inquiétez pas une fois à la sortie il y a des petites navettes qui vous ramènent au point de départ, ou sinon vous pouvez marcher. Vous pouvez vous renseigner ensuite pour prendre les busetas qui vont vers Guatavita ou Sesquile.

Que prévoir pour visiter la laguna Guatavita

→ Chaussures : pas besoin de chaussures de rando, de simple tennis feront très bien l’affaire.
→ Difficulté : Ce n’est pas une balade très exigeante, d’autant plus qu’on prend le temps pour observer et profiter de la nature.
→ Météo : prévoyez de quoi vous couvrir, il peut faire froid et pluvieux si vous êtes dans la saison de pluies… Sinon, prévoyez de la crème solaire 😉

Que faire autour de la laguna Guatavita

Pour finir votre journée de « paseo », profitez-en pour visiter Guatavita, petit village tout blanc, reconstitué après avoir été inondé pour construire l’immense barrage du Tomine que vous aurez aperçu en allant vers la lagune. Vous pourrez en profiter pour déjeuner par là par exemple, parcourir ses ruelles et admirer (ou acheter ?) l’artisanat. (Même si Angélica trouve que la qualité a bien changé et préfère l’artisanat qu’on trouve dans d’autres villages de Boyaca).

Sinon, si vous voulez continuer dans l’esprit nature, vous pouvez passer l’après midi au bord du barrage, faire une balade à cheval, faire un tour en voilier, du kayak ou encore du ski nautique….  Vous aurez plein de possibilités.

Barrage de Tomine : La visite au barrage du Tomine est un plan à part entier, il est très fréquent pour les familles ou les groupes d’amis de venir passer une journée en week-end à cet endroit sympa. (Angélica venait là de temps en temps quand elle était enfant). C’est donc une autre option si vous ne souhaitez pas vous aventurer jusqu’à la lagune 😉

On reste en contact ?

Envie d'épingler cet article sur Pinterest ?

Inscris-toi à notre Newsletter !

Visiter la lagune de Guatavita
Visiter la laguna de Guatavita