Comment se remettre des blessures infligées par un conflit centenaire et avancer, devant, toujours devant. La résilience est sûrement la qualité la moins connue du caractère colombien, cette faculté que les hommes et les femmes de ce pays ont à se relever d’épreuves difficiles, à toujours trouver un espace de liberté dans la pénombre, une lueur d’espoir. Avec le recul des combats, des territoires entiers sont potentiellement accessibles à nouveau et il est impressionnant de voir la rapidité avec laquelle la vie reprend parfois le dessus.

La Comuna 13 est un de ces lieux qui se relève doucement et révolutionne son quotidien, par ses habitants eux-mêmes et notamment ses artistes de hip-hop, et par sa transformation urbaine.

Nous avons eu la chance de découvrir la Comuna 13 avec l’agence Tika Travel qui travaille en collaboration avec la Casa Kolacho, un collectif d’artistes Hip-Hop qui œuvre au changement dans le quartier. Ce Graffiti Tour a été pour nous une expérience marquante.

Introduction à la Comuna 13

Comprendre son histoire

graffiti tour à la comuna 13 medellin
Les éléphants représentent la force, la résistance et la mémoire des habitants de la Comuna 13

Pour tenter de faire une rapide mise en perspective historique du Graffiti Tour auquel nous avons participé, il faut tout d’abord savoir que le sujet est extrêmement complexe et que les informations données pendant le tour sont d’une richesse précieuse.

Dans les années 1960, le conflit armé en Colombie a poussé les paysans de la région à se réfugier sur les hauteurs de Medellin. Des bidons-villes ont vu le jour, qui se sont petit à petit développés pour être « intégrés » à la ville et la Comuna 13 est un de ceux-là.

La Comuna 13 était une zone stratégique, la porte d’entrée et de sortie de Medellin vers la région d’Uraba. Dans les années 90, le conflit se rapproche de Medellin et les FARCS et l’ELN (guérilla marxiste) vont prendre le contrôle du quartier. Pendant 10 ans, entre guérilla, paramilitaire, et bandes armées liées au narcotrafic, la Comuna 13 va devenir l’un des quartiers les plus dangereux de la Colombie. La population est laissée à l’abandon par les pouvoirs publics, c’est l’anarchie et la violence.

En 2002, le gouvernement décide de lancer une ultime opération militaire pour « nettoyer » le quartier. Aidée par les milices paramilitaires, l’armée entre dans la Comuna 13 et encercle le quartier, c’est l’opération Orion. Cette opération a marqué à jamais l’histoire du quartier : pendant 3 jours, les habitants vont vivre une véritable guerre urbaine, faisant plusieurs morts et des centaines de blessés chez les civils. On parle également d’une centaine de disparus, jamais retrouvés, qui seraient enterrés dans une fausse commune clandestine dans la montagne.

L’opération Orion terminée et la guerilla marxiste écartée, ce sont les milices paramilitaires qui prennent le contrôle de la Comuna 13. Le procédé des groupes paramilitaire est connu et a été reproduit dans divers régions du pays : c’est la « limpieza social », le nettoyage social. Autrement dit les civils soupçonnés de soutenir la guérilla vont être assassinés. La terreur continue, pendant plusieurs années, sans aucune intervention de l’état. Agissant comme une mafia les familles du quartier vont être menacées, extorquées, des habitants vont continuer à disparaître.

Malgré le supposé désarmement des groupes paramilitaires, il va pourtant falloir attendre la fin des années 2000 pour voir le quartier s’apaiser. Des initiatives des habitants commencent à voir le jour, notamment par la jeunesse et le mouvement Hip-Hop. La ville commence également à investir pour apporter son aide au développement du quartier. C’est enfin le début de la renaissance de la Comuna 13.

PS : vous l’aurez remarqué aucune mention de Pablo Escobar dans l’histoire de la commune 13 tout simplement parce que Pablo Escobar n’a jamais eu la main sur le quartier, son pouvoir s’étendait sur d’autres comunas de la ville.

La Comuna 13, transformation urbaine

Comment l'urbanisme change la vie

graffiti tour à la comuna 13 medellin
Les escalators, symboles de la transformation de la Comuna 13

C’est en ayant une vague idée de ce que nous allons découvrir que nous prenons le métro à la station Poblado, direction la Comuna 13. Nous avions marqué d’une croix blanche cette visite dans notre nouveau voyage en Colombie, car nous souhaitions enfin en savoir plus sur ce quartier devenu un passage obligé pour les touristes étrangers.

Nous avons rendez-vous avec Hervé de l’agence Tika Travel pour découvrir la Comuna 13 à travers un Graffiti Tour. L’agence Tika Travel est un agence franco-colombienne qui propose ce tour en collaboration avec la Casa Kolacho, une association d’artistes Hip-Hop qui oeuvrent à la cohésion sociale du quartier à travers l’éducation artistique.

Le ton est donné dès notre arrivée. Mike, notre guide du jour, graffeur et habitant de la Comuna 13, nous rassure (s’il y avait besoin de le faire) : « Ici on va passer un bon moment, pour comprendre et apprécier l’évolution de notre quartier, sortez vos appareils photo, gardez-les autour du coup, vous ne risquez rien et profitez ! »

Tout ce qu’on aime.

Mike est passionné par l’évolution de son quartier et ça démarre dès nos premiers pas pour aller prendre le bus. En quelques minutes de route, la transformation architecturale entre le bas du quartier et le labyrinthe des constructions dans les hauts de la Comuna est frappante. Mike est un puit de connaissance et ce Graffiti Tour avec lui est carrément un cours magistralement mené de sociologie de la lutte mettant en jeu urbanisme, art de la survie et résilience.

Pour info, les « Comunas » designent simplement les 16 zones de découpage de la ville de Medellin. Chaque Comuna est divisée en « Barrios ». On a tendance à confondre Comunas et Favelas, ou Bidonvilles, c’est une erreur. Seules les Comunas à flanc de montagne sont sorties de terre sous forme de bidonvilles.

On vous l’a dit, avec l’exode dû à la guerre, les paysans sont arrivés à Medellin et chacun s’est construit, comme il pouvait, une « maison » en bois, en brique, en tôle sur quelques mètres carrés pour se réfugier. Au fil des années ces « extensions » de la ville se sont légalisés et structurés pour devenir cette mosaïque d’emboîtements de constructions précaires.

La topographie des lieux a joué un rôle majeur dans l’évolution du quartier. On se demande comment cette quantité de maisons ont réussi à pousser sur des terrains aussi pentus et escarpés. La difficulté de circulation dans la Comuna 13 et le manque de présence de l’état ont créé un vrai isolement du quartier et des populations. Il était très compliqué et long de rejoindre le centre-ville de Medellin.

On comprend alors pourquoi l’arrivée du métrocable (télécabines) et des escaliers électriques a rebattu les cartes et transformé la vie des habitants. Des moyens conséquents vont être investis globalement dans la transformation de Medellin par le maire de l’époque : une vraie révolution qui va changer le visage de la ville aux yeux du monde. En 2013, Medellin est nommée ville la plus innovante du monde et les quartiers pauvres de la ville vont bénéficier de cette innovation urbaine.

Avec un accès direct au centre-ville, une circulation à l’intérieure du quartier améliorée et le recul du conflit armé, au fil des années, la Comuna 13 a enfin pu commencer à entrevoir une éclaircie. En sortant de son isolement et en recevant enfin le soutien de la ville, les habitants vont pouvoir se tourner vers une nouvelle étape, celle d’une paix relative mais bien méritée.

Pendant ce temps, les jeunes de la Comuna 13 développent une parole propre, à travers le mouvement hip-hop, pour exprimer la mémoire du quartier, leur rage de liberté et de changement.

La Comuna 13, graffiti tour

Ou l'art comme cohésion sociale

graffiti tour à la comuna 13 medellin
Mike, graffeur et guide local du Graffiti Tour

Si Mike est passionné par ce qu’invoque la transformation urbaine de la Comuna 13, il est aussi et surtout un graffeur membre du collectif Casa Kolacho. Et les murs de son barrio, il les connaît par cœur. Avec lui on prend conscience que chaque centimètre de peinture a été déposé sur cette brique brinquebalante pour une raison.

La Comuna 13 se découpe en 16 barrios, nous sommes pour le Graffiti Tour dans le quartier d’Independencia 1. Ici les fresques murales, les graff, les œuvres de street-art, appelez-les comme vous voulez, racontent l’histoire du quartier. Comme un journal extime. Comme une fenêtre sur l’âme des habitants. Comme un livre ouvert sur les drames, sur les combats, sur les espoirs.

C’est donc au travers de la culture hip-hop, de la pratique artistique de la danse, du graffiti, de la musique, que les jeunes de la Comuna 13 se sont exprimés, se sont révoltés. En se racontant sur les murs, ils vont donner une voix aux simples habitants et construire une identité, la possibilité d’une estime de soi. Une révolution de velours qui aura perdu des combattants, mais qui aujourd’hui fait le socle de la Comuna 13.

Le collectif Casa Kolacho est là pour maintenir la flamme. Présent depuis plus de 15 ans, fer-de-lance du mouvement hip-hop dans la Comuna, ils travaillent à la cohésion sociale en proposant aux jeunes des initiations et des cours de danse, de peinture, de musique, des concerts, des performances, et des visites guidées. Et c’est tout à l’honneur de Tika Travel d’avoir décidé de travailler avec la Casa Kolacho pour offrir cette expérience unique aux voyageurs.

Alors on vient à la Comuna 13 pour admirer ses couleurs, on vient pour photographier les œuvres de street art, on vient pour s’encanailler dans ce qui était « l’un des quartiers les plus dangereux de Colombie », mais on a tout faux. On vient à la Comuna 13 pour rendre hommage à la résilience d’un peuple et écouter le message qu’ils ont à nous enseigner.

La Comuna 13, comment s'y rendre

Toutes les informations pratiques

Voici nos conseils pour vivre la même expérience que nous, mais également des infos si vous prenez la décision de vous y rendre par vos propres moyens.

Le Graffiti Tour avec Tika Travel

Vous l’aurez compris, nous sommes vraiment revenus marqués par ce Graffiti Tour à la Comuna 13. Pour nous, c’est essentiel de visiter la Comuna 13 avec un guide local et Tika Travel a un service au top pour vous accompagner pendant la visite avec un guide français afin de traduire et faire le lien avec le guide local. Autre avantage de passer par Tika Travel c’est que la réservation se fait en français, Hervé est réactif et vous pourrez poser toutes les questions que vous souhaitez.

Tourisme responsable : en réservant ce tour avec Tika Travel, vous participez à financer le projet éducatif de la Casa Kolacho.

→ Tarif du Graffiti Tour : 75 000 pesos
→ Durée : 3h00
→ Contact : contact@tikatravel.com
→ Site web : https://www.tikatravel.com/fr/

Tika Travel est une agence réceptive crée par Hervé et Carolina un couple franco-colombien vivant à Medellin. Ils ont créé cette agence dans l’idée de donner à voir une autre Colombie dans une démarche de tourisme responsable. Tika Travel propose le Graffiti Tour à la Comuna 13, mais également d’autres excursions à Medellin et alentour et à Cartagena.

Comment s’y rendre

Métro : Arrêt San Javier
Metrocable : Ligne J arrêt San Javier
Puis le bus 221-I ou 228-I direction quartier Independencia 1 et marcher vers les escalators.

Sécurité

Si la Comuna 13 connaît toujours de la délinquance, comme tant d’autres quartiers dans le monde, France y compris, on est bien loin du temps où elle était infréquentable. En 2017, le quartier d’Independencia où se déroule le Graffiti Tour dans la Comuna 13 a accueilli plus de 100 000 visiteurs… vous pouvez donc imaginer que c’est aujourd’hui un endroit sûr pour se balader en journée et rencontrer les habitants.

On reste en contact ?

Inscris-toi à notre Newsletter !

Un article écrit avec amour par

Samuel | Mon voyage en Colombie

Musicien de formation, j'ai passé le plus clair de mon temps sur les routes. Celles-ci m'ont conduit en 2013 dans un pays dont je suis tombé amoureux : la Colombie ! Un peu geek, un peu photographe, un peu littéraire, je ne pouvais que devenir blogueur voyage ! Depuis 2015, j'écris chez "Les vents nous portent", blog de voyage généraliste où j'évoque mes différents voyages à travers le monde. C'est donc tout naturellement que nous avons créé "Mon voyage en Colombie" avec Angélica ! Suite logique de notre histoire d'amour... avec ce pays !