Le clou de mon premier voyage en Colombie aura été un trek dans le Parc Naturel National Los Nevados, dans la cordillère des Andes colombienne. Ce sera pour moi la plus dure randonnée de ma courte vie, mais sûrement l’une des plus belles. Voici donc le récit d’une randonnée de 4 jours organisée sur le tas lors de mon passage à Salento, vous trouverez en fin d’article des infos pratiques et notamment une super carte topographique sur l’itinéraire de ce trek. (oui je suis super content d’avoir trouvé ça ! :-))

Jour 1 - Vallée de Cocora > Finca Primavera

Trek au Parc Los Nevados

Nous nous levons au milieu de la nuit à Yambolombia pour préparer le départ vers la magnifique Vallée de Cocora (dont nous vous parlons plus largement dans cet article), l’un des points d’entrée du Parc Naturel National Los Nevados. Notre Trek est prévu sur 4 jours et démarre à environ 2400m d’altitude. Le premier jour s’annonce difficile : près de 20km de marche, 1500m de dénivelé positif, nous menant jusqu’au refuge de la Primavera à 3800m d’altitude.

Ce trek nous l’organisons avec Gabriel, le gérant de l’hostal Yambolombia. Passionné de sports de montagne, il connaît sa région comme sa poche, il sera notre guide « non officiel » pour l’occasion. Nous avons préparé avec lui le matériel nécessaire pour 4 jours de randonnées. La veille du départ, nous sommes allés faire les courses pour les repas et en-cas que nous prendrons sur le pouce, le reste des repas seront pris au refuge la Primavera et aux Termales de cañon. Tout notre paquetage sera porté à dos de mule et nous devancera de quelques heures.

Le jour n’est pas encore levé quand nous embarquons dans une Jeep Willis pour nous rendre à l’entrée du parc. La randonnée démarre par les paysages sublimes de la Vallée de Cocora : verdoyantes prairies d’où émergent les fameux palmiers de cire, symbole national ici en Colombie, s’érigeant dans le ciel jusqu’à l’infini (60m de haut !). Mais cette vallée de Cocora mérite son article à elle toute seule, qui va arriver très vite !

Nous plongeons ensuite dans une « Cloud Forest » magnifique aux pentes terriblement difficiles : le dénivelé est violent, le sentier est boueux, il faut savoir que lorsque la météo vire à la pluie, le chemin devient quasiment impraticable ! Cependant nous avançons à bonne allure, peut-être à trop bonne allure…

Mal des montagnes

Arrivés à 3500m d’altitude nous sortons de la forêt et découvrons le paysage des hauts plateaux, le páramo et ses étranges Frailejones, plantes endémiques et ancestrales qui peuvent atteindre plusieurs centaines d’années et qui sont le symbole des montagnes colombiennes. D’ailleurs, si vous souhaitez en découvrir plus sur ces paysages des Andes colombiennes, je vous conseille ce bel article sur la région du Boyaca par Seb et Laura du blog Les Globe Blogueurs.

Peut-être trop bonne allure ? Passés ces fameux 3500m d’altitude, ce sera pour moi directement le mal des montagnes. Je ne suis jamais monté à cette altitude, donc je n’ai pas de repère pour connaître la raison de mon mal : Suis-je sujet au mal des montagnes ? Suis-je simplement monté trop vite ? C’est une ascension qui, nous l’apprendrons au retour, peut se faire sur 2 jours pour s’acclimater, en s’arrêtant dormir à la Finca Estrella del agua.

Toujours est-il que passé cette altitude, malgré la majesté des paysages qui nous entourent, le reste de la journée sera un véritable calvaire : mal de tête, nausée, désorientation… Gabriel me donne des bouts de Frailejones à mettre dans les oreilles, remède chamanique qui devrait m’aider… Nous arrivons à la tombée de la nuit au refuge la Primavera à 3800m d’altitude. Je suis en mode survie. Impossible de manger. La nuit au refuge est une torture, au mal des montagnes s’ajoute le froid glacial dans le dortoir. La nuit ne sera qu’insomnie. L’Agua de coca, infusion de feuilles de coca, que m’offre gentiment la rude hôtesse des lieux, censée m’aider là encore, n’y changera rien. Je vais crever !

Jour 2 - Finca Primavera > Termales de Cañon

Trek au Parc Los Nevados

Au réveil, même combat. Le petit déjeuner de guerrier (œuf, riz, haricots rouges) est impossible à avaler. Je suis à deux doigts d’abandonner…

Mais poussé par Gabriel et après un nouvel Agua de Coca pour me donner des forces, nous partons pour une nouvelle journée de 10km de marche à 4000m d’altitude qui nous mènera aux eaux chaudes tant attendues de Los Termales de cañon.

La torture se poursuit pour moi sur tout le début de la journée, la tête baissée sur mes chaussures, j’avance simplement concentré sur le prochain pas à effectuer. Il y a une sorte de transe qui se met en place, c’est étrange on y est presque bien… Première bonne nouvelle, mon état n’empire pas. Je sais qu’il faut faire très attention aux signes du mal des montagnes, ne pas prendre cela à la légère : perte d’équilibre, vomissements >>> redescendre immédiatement. Lorsque l’on souffre du mal des montagnes, il faut normalement respecter un maximum de 400m de dénivelé positif par jour.

Au final ma persistance et surtout la topographie de la journée (nous restons autour des 4000m d’altitude) vont m’aider à me sentir mieux. La journée passant je sens une amélioration, mon corps semble s’habituer à l’altitude, le mal des montagnes va se dissiper peu à peu et, ô joie !, me permettre le soir de finalement pleinement profiter d’un endroit indescriptible et magique à cette altitude et après tant d’effort !

Los Termales de Cañon

Des thermes d’eau chaude à 4000m d’altitude, au pied du volcan El Nevado del Tolima qui culmine juste au-dessus de nos têtes, à plus de 5200m, recouvert d’une calotte glacière, au milieu de nulle part, un bassin creusé là en plein air, une source d’eau chaude qui coure comme un ruisseau dans la prairie, simplement dérivée par des tuyaux en plastiques vers ce bassin, et là c’est le paradis : tous à poil !

Sincèrement, après les deux jours que je viens de passer, les bienfaits de l’eau chaude sont juste un pied total, la sensation d’être privilégié est exacerbée, mon bonheur est immense.

Le soir, nous nous retrouvons dans la cabane de fortune du propriétaire où nous sera servi un repas bien mérité. Un feu est alimenté dans un coin de la pièce et nous rencontrons des randonneuses colombiennes préparant des arepas auprès du feu.

L’arepa est une simple galette à base de farine de maïs et d’eau, qui vient accompagner pratiquement tous les repas traditionnels colombiens. Il est aussi l’ingrédient principal du petit déjeuner. Nos amies d’un soir nous expliquent comment mettre en forme la pâte en petites galettes ronde, nous les aidons donc à les confectionner, elles les cuiront ensuite dans une poêle remplie de graisse animale et je me réconcilierai définitivement avec les arepas. Suite à des expériences mitigées au Venezuela, je me régale. Super moment de partage.

Jour 3 - Termales de Cañon > Finca Primavera

Trek au Parc Naturel Los Nevados

Les deux jours suivant, ma condition physique retrouvée, je pourrai pleinement savourer les paysages incroyables de ces montagnes colombiennes si éloignées de nos massifs français : ici à 4000m d’altitude pousse encore de la végétation, des prairies où paissent vaches et chevaux, où virevoltent les oiseaux et où fleurissent par millions et à perte de vue les frailejones de toutes tailles.

La situation de la Colombie, son climat tropical équatorial, oblige à repenser l’environnement de haute montagne. Tout cela est de toute beauté. La journée de retour à la Primavera est belle et ensoleillée, cela dit l’altitude joue vraiment son rôle et le froid peut-être vigoureux. Pour tout dire nous passerons notre journée à mettre et enlever des couches allant de la doudoune/bonnet/gants au tee-shirt. Par exemple dans la plaine du lago del encanto, le vent est extrêmement violent et glacial, au point que nous avons dû nous abriter derrière un rocher pour faire une pause tant notre avancée était rendue difficile.

Il faut bien comprendre que sous ses airs d’accès facile, la montagne en Colombie est dangereuse. Encore dernièrement un touriste colombien est mort au Parc Los Nevados après un œdème cérébral en tentant l’ascension du Nevado del Tolima, il était pourtant accompagné d’un guide. En Colombie on arrive très vite à des altitudes très élevées (+ de 5000m) et si le mal des montagnes, vous l’aurez compris, est à prendre au sérieux, les conditions climatiques le sont également. La météo peut vite virer au cauchemar, le brouillard s’installe très rapidement, rendant l’orientation particulièrement difficile dans la mesure où les chemins sont peu balisés et les cartes inexistantes. Je vous jure que vous n’avez pas envie de passer une nuit de bivouac sans équipement.

Sécurité : Un seul conseil, ne partez pas seul ! Prenez un guide local, professionnel, qui connaît particulièrement bien les montagnes où vous vous rendez. Si vous décidez malgré tout de partir sans guide, prévoyez toutes les possibilités, dont devoir monter un camp en urgence pour dormir (prévoir tente et gros duvet) et surtout prévenez quelqu’un de votre départ, de vos intentions et de votre date prévue de retour. Prenez les signes au sérieux : mauvaise météo, mal aigu des montagnes >>> abandonnez sans réfléchir.

Finca la Primavera

La nuit suivante, de retour à la Primavera, je pourrais là encore beaucoup mieux profiter de la rusticité du refuge et de la cuisine de la maîtresse des lieux : incroyable femme vivant seule avec ses enfants toute l’année avec pour seul chauffage le feu de bois de la cuisinière en fonte. C’est ici, aux thermes et à la Primavera, que l’on goûtera sûrement les meilleures arepas du voyage.

Ici l’on vit une autre vie. Les enfants de la Finca vivent avec leur mère et l’aident au quotidien à faire tourner le refuge. Le fils de 16 ans gagne de l’argent en effectuant le portage du matériel des randonneurs depuis la vallée de Cocora jusqu’à la Finca. Lui, ses bottes et son âne effectuent le trajet que nous avons effectué en moins de temps qu’il n’en faut pour prononcer Frailejones.

À son arrivée au refuge, il prend sa hache et fend du bois à la vitesse de l’éclair. Je veux dire, j’ai vécu longtemps à la campagne, j’ai fendu du bois… mais là c’est assez impressionnant à voir. Son petit frère de 7 ans, lui, est régulièrement envoyé par sa mère pour aller faire des courses à Salento, seul, à pied. Enfin bon je ne vais pas m’étaler sur tout cela, mais des rencontres comme cela remettent nos petites vies à leur place.

Jour 4 - Finca Primavera > Vallée de Cocora

Trek au parc naturel Los Nevados

Le dernier jour nous redescendons de la Primavera vers la Vallée de Cocora. Gabriel nous laisse le choix : soit on descend par le même chemin qu’à l’aller, soit on descend par le chemin des mules (par là où sont passés nos sacs). Il nous explique que le chemin des mules est plus rapide, mais qu’il est totalement boueux et défoncé (par les mules)… Réponse unanime : « On repart par le même chemin qu’à l’aller ! » Oo

Plus long le chemin du retour. Nous passerons la journée à nous demander comment nous avons fait pour nous manger ce dénivelé le 1er jour… la descente est interminable, mais vraiment interminable. À cela s’ajoute la météo qui vire à la pluie, le chemin qui devient totalement boueux, surtout lorsque nous arrivons dans la forêt. Il faut du moral.

De retour dans la vallée de Cocora, la fin se fait sentir, nous concluons pour la forme, mais surtout pour profiter encore mieux du paysage, par une dernière ascension de 300m nous menant à une voie de retour différente de celle empruntée à l’aller, dans un paysage totalement magique : les majestueux palmiers de cire s’étirent à perte de vue dans une brume propice à la rêverie, paysage surnaturel, fantasmatique. La récompense finale avec la découverte du Bosque de las Palmas !

Le soir, grand moment de fraternité autour du repas de retour à la Yambolombia hostal et des adieux le lendemain plein de tendresse. Les aventures de cette envergure rapprochent les âmes. Los Nevados, à jamais dans mon cœur.

Infos Pratiques

Trek au parc Naturel Los Nevados

Où dormir ?

Le camp de base idéal avant de se lancer dans un trek au parc national naturel Los Nevados c’est le joli village de Salento : parce que vous y trouverez surement votre guide, tout pour vous y préparer, et parce que c’est un village à visiter. Voici quelques idées d’hébergements à Salento :

Yambolombia Hostal
Via Palestina, km 2
C’est avec Gabriel que j’ai fait ce trek. Son hostal est une maison à l’écart du village, environ 20mn du village à pied, 5mn en Jeep. L’accueil est super chaleureux, Gabriel est un personnage attachant et l’ambiance est à la cool. Il y a des chambres doubles bien spatieuses, dont une avec douche privative, un grand dortoir à l’étage et des douches communes. Tout est entretenu avec soin. Gabriel est amoureux de sa région et connait parfaitement les balades. Il propose notamment des balades en VTT pour aller voir la cascade Santa Rita par exemple.

Réservation

La Serrana
Via Palestina, La Serrana (1,5km du village)
Situé un peu à l’extérieur du village, la Serrana nous a été doublement recommandé par les voyageurs, alors cette maison d’hôte méritait toute sa place dans ces recommandations. Cette belle maison dans un cadre sublime est l’endroit idéal pour se ressourcer et profiter de la nature.

Réservation

La Cabaña Eco Hotel
2 vía Cocora (2km du village)
Une sublime finca traditionnelle colombienne située à l’extérieur du village, dans la campagne. Ils proposent notamment plein d’activités (balades à cheval et birdwatching).

Réservation

Estrella sin frontera
Cra 6 N° 7-60
Vous cherchez une hostal tenue par un français ? Vous êtes au bon endroit. On y propose les classiques des hotals : chambres doubles, dortoirs, douches communes et emplacements pour poser sa tente dans une ambiance tranquille en plein centre de Salento. L’accueil par Vincent (français) et Luz (argentine) est toujours chaleureux et plein de bons conseils.

Réservation

Hostal Ciudad de Segorbe
Calle 5 no 4 – 06
On adore l’ambiance de cette superbe maison coloniale. L’emplacement ne peut pas être plus central, à quelques pas de la place principale de Salento. Attention tout de même, toutes les chambres ou presque donnent sur la rue.

Réservation

El Viajero Hostal
Carrera 9 # 7-23
Une valeur sûre de l’hostal en Colombie, qu’ on retrouve à Cartagena, Cali et San Andres. Nouvellement installé à Salento, El viajero propose une grande variété de chambres pour tous les budgets et une ambiance animée.

Réservation

Matériel nécessaire ?

  • Bonnes chaussures de randonnée imperméables
  • Veste imperméable et coupe-vent
  • Vêtements pour la haute montagne (polaire, sous vêtements thermiques…)
  • Gros duvet pour les nuits froides, bonnet
  • Des vêtements de rechange (notamment pour les chaussettes mouillées).

Vous savez ce qu’on dit : « Cotton kills ! » Le coton est une matière qui sèche mal, un vêtement mouillé (pluie ou transpiration) associé à du vent ou des températures glaciales et c’est le début des problèmes. Privilégiées des matières respirantes et qui sèchent vite ! Les tee-shirts en laine sont parfaits pour ce type de randonnée.

Peut-on partir seul en randonnée au Parc Los Nevados ?

Nous déconseillons formellement de partir seul et même en groupe pour un trek au parc Los Nevados. À moins bien sûr d’habiter la région et de connaître parfaitement ces montagnes. Sachez qu’il s’agit là de randonnée en très haute montagne (jusqu’à plus de 5000m d’altitude). Sachez également que les chemins sont loin d’être bien balisés. Sachez également que la météo peut vite partir en sucette. Et sachez enfin que régulièrement des touristes et même des Colombiens sont retrouvés morts dans le parc par négligence. Entre les risques de se perdre, le mal des montagnes et l’hypothermie, les dangers sont trop importants. La montagne n’est pas un jeu, prenez un guide sérieux et qui connaît bien ses montagnes.

Avec quelle agence partir ?

Si vous avez lu l’article, mon trek s’est organisé avec Gabriel à Yambolombia Hostel. Aujourd’hui je sais que Gabriel propose des sorties en VTT mais je ne sais pas s’il accompagne toujours les touristes en trek.

Vous pouvez donc comme moi vous renseignez auprès de votre hôtel pour savoir s’ils ont des contacts d’un guide pour vous amener en redonnée dans Los nevados. Ou vous pouvez faire appel à ces agences dont nous connaissons la réputation et le sérieux :

Paramo Trek Salento

Agence située à Salento, spécialisée dans le PNN Los Nevados, créé par un groupe de jeunes passionnés et connaisseurs des montagnes. Possibilités de treks de 1 à 3 jours et d’expéditions de 4 jours jusqu’au sommet du Nevado del Tolima et de 2 jours jusqu’au sommet du Nevado Santa Isabel.

Ils emploient des personnes originaires de la zone avec un salaire juste et apportant à l’économie locale et avec l’objectif d’améliorer leurs conditions de travail. Ils ont des supers avis, on recommande chaudement.

Le petit plus : Ils ont un guide qui parle français (qui est italien)

Tarifs sur demande

Contact
→ Mail : paramotrek@gmail.com
→ Tel : 311 745 37 61 – 310 382 40 26
→ Skype : paramotrek
→ Facebook : https://facebook.com/paramotrekcolombia
→ Site : http://paramotrek.com
Voir les avis sur Trip Advisor

Ecosistemas – Turismo de naturaleza y aventura

Agence Spéciaisée dans le tourisme de nature et aventure dans la région caterera. Située à Manizales et avec 35 ans d’expérience dans le PNN los Nevados. Plusieurs options dans le PNN Los Nevados : à partir d’une journée et jusqu’à 6 jours.

Le petit plus : Guides en anglais et en espagnol cependant ils nous ont dit avoir 1 guide qui parle français.

Tarifs sur demande. À titre d’exemple :
Trek de 3 jours de Potosi à Salento
1 pers. = 1 500 000 COP (≈ 425€)
2 pers. = 950 000 COP (≈ 269€)
3 pers. = 730 000 COP etc. (≈ 207€)

Contact
→ Tel portable: (+57) 315 746 1714
→ Tel fixe: (+57) (6) 880 8300
→ Mail: comercial@ecosistemastravel.com.co
→ Site: www.ecosistemastravel.com.co/
→ Facebook: https://www.facebook.com/pg/ecosistemasparquenevadostrek/reviews/

Topo

  • 4 jours de trek : Cocora/Primavera/Los Termales.
  • Altitude mini : 2300m / Altitude maxi : 4000m
  • Distance totale : 70km
  • Dénivelé positif cumulé : +2700m
  • Jour 1 – Distance : 20km / Dénivelé : +1500m et -100m
  • Jour 2 – Distance : 15km / Dénivelé : +500m et -300m
  • Jour 3 – Distance : 15km / Dénivelé : +300m et -500m
  • Jour 4 – Distance : 20km / Dénivelé : +400m et -1500m
  • Difficulté : Difficile, surtout le 1er jour et attention au mal des montagnes.
  • Porteur : Le matériel pour 4 jours est acheminé par porteur (âne).

La carte ci-dessous représente une variante du parcours qui prend en compte l’ascension jusqu’au pied du glacier du volcan del Tolima (je n’ai pas trouvé de carte pour mon itinéraire seul). Pour imaginer mon itinéraire vous enlevez donc la partie ascension entre le lago del encanto et le Glacier, aller-retour.

On reste en contact ?

Envie d'épingler cet article sur Pinterest ?

Inscris-toi à notre Newsletter !

trek parc naturel los nevados colombie
trek parc naturel los nevados colombie

Un article écrit avec amour par

Samuel | Mon voyage en Colombie

Musicien de formation, j'ai passé le plus clair de mon temps sur les routes. Celles-ci m'ont conduit en 2013 dans un pays dont je suis tombé amoureux : la Colombie ! Un peu geek, un peu photographe, un peu littéraire, je ne pouvais que devenir blogueur voyage ! Depuis 2015, j'écris chez "Les vents nous portent", blog de voyage généraliste où j'évoque mes différents voyages à travers le monde. C'est donc tout naturellement que nous avons créé "Mon voyage en Colombie" avec Angélica ! Suite logique de notre histoire d'amour... avec ce pays !