Raquira fait partie de mes villages préférés en Colombie. Tout comme Villa de Leyva, Raquira est un village que j’ai l’habitude de visiter assez régulièrement depuis que je suis petite. Étant près de Bogota, s’était facile de s’y échapper pendant le week-end en famille pour admirer l’artisanat ou simplement se promener en appréciant les couleurs et le rythme calme du village.

Raquira est la capitale de la poterie en Colombie, ses habitants travaillent l’argile depuis l’époque précolombienne, et cette tradition est très forte encore aujourd’hui. On y trouve donc, plein d’ateliers et des façades colorées ornées d’artisanat qui font le charme de la rue principale. En longeant cette rue, on arrive à la place centrale que j’adore, avec ces statues énormes en terre cuite qui trônent là, rendant hommage aux artisans et aux personnages emblématiques de la région. Au milieu, une petite fontaine avec son propre manneken-piss « criollo » complète le tableau.

J’adore cette place, elle a vraiment quelque chose de simple, mais si authentique… J’adore ce village à l’énergie paisible et contempler la beauté des petites mamies qui tissent, tricotent et maintiennent les traditions. Ces paysannes, avec leurs chapeaux et leurs ruanas, qui leur donnent une grâce si particulière…

Ici les maisons foisonnent de couleurs, mais avec un style bien différent à celui que l’on peut trouver à Salento, ce village coloré de la zone du café. Les façades sont décorées avec des « fresques » faisant allusion aux anciens peuples Muiscas qui y habitaient auparavant. On trouve aussi des dessins rendant hommage aux sportifs colombiens comme la sélection de football ou le cycliste Nairo Quintana, originaire de la région : comme partout en Colombie, quand on est fier on l’affiche ! 😀

C’est pour toutes ses raisons que je voulais visiter Raquira avec Samuel. Je savais que ça pouvait lui plaire et, en étant ensemble, cette visite serait pour moi très différente des autres.

Nous partons donc pour Raquira depuis la gare routière de Villa de leyva. Il fait beau et nous prenons la place à côté du chauffeur. Je dois avouer qu’avant de prendre le bus j’étais un peu stressée. J’ai toujours un peu peur de me faire arnaquer au niveau des prix des trajets, etc., surtout parce qu’avec Samuel on ne passe pas inaperçus, mais bon, ce voyage m’aura appris à être moins méfiante, surtout dans des villages comme ça. Le chauffeur me raconte sa vie, son espoir de voir son enfant accéder à l’université avec une bourse (l’accès aux études supérieures n’est pas facile pour tout le monde en Colombie, cela coûte très cher), et cela me touche énormément. On discute, on rigole et les 40 minutes de route passent rapidement. Il nous laisse à une station-service sur la route où attendent des taxis pour nous amener à l’entrée de Raquira.

Ce matin, nous avons rendez-vous avec Alex, un ami de mon cousin qui comme de nombreux habitants du village, appartient à une famille d’artisans potiers. Nous échangeons longuement avec lui sur la place du village. Il nous raconte un peu l’histoire locale, la vie d’ici, sa fierté d’être natif de ce beau village. Nous parlons aussi de la situation en Colombie et du référendum sur le processus de paix qui venait de se réaliser et qui était, à ce moment là, le sujet central dans le pays.

Après cet échange, nous nous mettons d’accord avec Alex pour faire une visite de sa fabrique de poterie et une petite initiation à l’atelier. Mais ce ne sera pas pour tout de suite car tout le village est en black-out complet : plus personne n’a d’électricité ! L’un des charmes du voyage en Colombie… 😉

Nous en profitons pour faire un tour. En nous écartant de l’axe central, nous nous baladons dans quelques ruelles et découvrons de belles maisons. Puis nous revenons vers la rue marchande et nous furetons quelques cadeaux dans les boutiques. Nos trouvailles ? Petites tasses à café, assiettes en terre noire, ruanas pour l’hiver (poncho colombien en laine typique de la région de Boyaca) et un petit cochon/tire-lire en terre cuite, notre « marranito », qu’on va appeler « Rupertino ». C’est une tradition de la région, un cochon sans trou que l’on est obligé de casser au marteau pour récupérer les sous. Il trône aujourd’hui sur la cheminée de notre chambre et nous servira de cagnotte pour notre prochain voyage !

Au détour d’une boutique, un des moments émouvants de la journée, notre rencontre avec cette petite mamie qui bobine de la laine vierge. Son visage est magnifique. Sa tenue tout autant. Elle ne veut pas être photographiée, mais nous raconte son histoire, elle qui descend à pied de la montagne tous les jours pour vendre sa laine au village depuis sa plus tendre enfance… impossible d’imaginer la dureté de la vie de cette dame et pourtant son visage et sa voix respirent la douceur.

Après quelques heures d’attente, l’électricité est de retour enfin !

Nous partons pour la petite fabrique de céramique d’Alex sur les hauteurs du village. Il nous explique toutes les étapes de fabrication, depuis la terre brute sortie du sol jusqu’au pot final verni et prêt à la vente. Alex est passionné et nous partage son enthousiasme. Il veut partager ce savoir-faire local et dans un avenir proche, il souhaiterait vraiment développer une partie touristique afin de faire profiter les voyageurs de passage d’une immersion dans cette tradition raquireña.

Nous montons ensuite vers l’atelier de son père. C’est là que nous allons faire une petite initiation ! C’était superbe et plein de fous rires ! Nous n’avions jamais essayé et il faut dire que ce n’est pas si simple que ça. Mais c’est une impression incroyable de voir la matière se former sous ses doigts, et quelle matière ! L’argile est magique. Même si c’était difficile de trouver le geste juste, il y a quelque chose de très apaisant dans la sensation d’avoir cette terre qui glisse entre vos doigts.

La rencontre avec Alex, cette visite de sa fabrique et cette initiation restera l’un de nos meilleurs souvenirs de voyage. Nous ne pouvons que vous recommander de vous mettre en contact avec Alex pour visiter son atelier de poterie si vous passez dans le coin.

Comment rencontrer Alex ?

Le plus simple est sûrement de le contacter directement et passez-lui le bonjour de la part d’Angélica et Samuel 😉 :

→ Par téléphone, et mieux en utilisant l’application Whatsapp : +57 321 308 2699

Il se fera un plaisir de vous accueillir et vous faire visiter son village et sa fabrique. Pour une expérience immersion complète, sachez qu’Alex loue également des gîtes et fait visiter les principales attractions de la région pour ceux qui souhaitent rester quelques jours en sa compagnie. Et passez-lui le bonjour de la part d’Angélica et Samuel ! 😉

Durée/ Prix : Visite de la fabrique et mini initiation à la poterie : environ 1h –  30 000 COP (≈ 8€)par personne.
Attention : Visite pour le moment uniquement en espagnol (il se débrouille un peu en anglais et souhaiterait apprendre le français) 

Informations pratiques

Tout ce qu’il faut savoir pour visiter Raquira

Raquira se trouve dans le département de Boyaca, dans la région des Andes. Vous serez donc émerveillés avec les paysages montagneux et l’ambiance paysanne de la région. Vous pouvez vous rendre à Raquira très facilement depuis Bogota. Généralement, on combine la visite de Raquira avec celle de Villa de Leyva, car ils ne sont pas très loin l’un de l’autre. À ce sujet vous pouvez lire notre article sur notre visite de Villa de Leyva.

Comment s’y rendre ?

Directement depuis Bogota

Vous pouvez vous rendre directement à Raquira et ensuite aller à Villadeleyva. Pour cela, choisissez les compagnies de bus qui font la route via Zipaquira — Ubate — Guacheta.
N’hésitez pas à demander aux guichets du terminal Salitre ou Terminal del Norte à Bogota où il faudra prendre le bus.

Durée du trajet : environ 3h     
Prix : 22 000 pesos (≈ 6€)

Depuis Villa de Leyva

Il est très facile de se rendre à Raquira depuis Villa de Leyva (nous vous dissions comment vous y rendre dans notre guide pratique de Villa de Leyva 😉 )

Allez au terminal de transports du Village et demandez la « buseta » qui part vers Raquira. ( Nous vous conseillons d’y passer la veille pour confirmer les horaires de départ) Attention, la buseta ne vous amène directement à Raquira, le chauffeur vous laissera dans un endroit appelé 3 esquinas où des taxis attendent pour finir le trajet et vous amener à la capitale de la poterie.

→ Durée du trajet : environ 40 minutes
Prix : 6000 pesos (≈ 2€)
→ Horaires de départ : 6h – 8h30 – 14h – 16h – 17h  (cela peux changer donc, n’hésitez pas à vérifier au Terminal directement. Il se trouve pas loin du centre ville) 

Pour le retour, des bus vers Villa de Leyva partent régulièrement de Raquira. Le dernier selon les informations d’Alex part à 17h30. 😉

Quand y aller : 

Raquira est un tout petit village et son tourisme n’est encore pas trop développé et se concentre surtout le week-end. Il se visite à n’importe quel moment de l’année, mais si vous voulez être plus tranquilles allez-y en semaine.

Que faire à Raquira ?

Raquira est un tout petit village, une journée vous suffira pour vous y balader. Comme dit plus haut, c’est une des activités à faire autour de Villa de Leyva.

Si vous souhaitez explorer la zone autour de Raquira, vous pouvez visiter la Cascade de la Chorera, ou encore le désert de la Candelaria et son Monastère. Situé à 7 km du village, ce n’est pas un désert à proprement parlé, mais c’est un endroit relativement aride et où il n’y a rien. Parfait pour la connexion spirituel, cet endroit a été choisi par la communauté religieuse des Augustins pour construire en 1661 un monastère qui fonctionne encore aujourd’hui et qu’il est possible de visiter. Il s’agit du premier monastère de cette communauté en Amérique du Sud.

Où manger ?

Malheureusement, il n’y a pas beaucoup d’options pour manger à Raquira. Notre expérience gastronomique à Raquira n’a pas été exceptionnelle. Nous avons mangé dans un petit restaurant sur la rue principale, mais nous ne nous souvenons pas du nom, et dans tous les cas, nous ne le conseillerions pas…

Cependant, selon les conseils d’Alex, voici des suggestions :

Restaurant Cazuelas Boyacenses : Il se trouve sur un des coins de la place principale, il est assez grand et difficile de rater. Cuisine typique de Boyaca

Restaurant los tiestos : Pas trop loin de la place principale, cuisine typique de Boyaca également, il a les meilleurs avis sur TripAdvisor, si jamais cela vous aide 😉

Plan alternatif : Pensez peut-être à vous arrêter à Sutamarchan, pour manger avant d’arriver à Raquira. Vous pourrez y déguster la longaniza, un espèce de « chorizo » très fin et très bon héhé ! C’est la charcuterie typique du village, elle est réputée pour être la meilleure de Boyaca.

Souvenirs de Raquira

Si comme nous vous aimez l’artisanat, vous trouverez sans doute quelque chose qui vous fera craquer à Raquira 😉 Parmi les produits typiques et traditionnels du village nous vous conseillons tous les objets et vaisselle en terre cuite et les produits en laine comme les ruanas. On trouve aussi les petits cochons tire-lire, les mobiles et autres petits objets de décoration, des hamacs, et aussi une jolie boutique de bijoux (la seule, je crois) faits en verre ou avec des produits naturels comme la tagua ou encore des fleurs.

Comme nous vous l’avons raconté plus haut, nous avons ramené pas mal de petits trucs avec nous. Cela nous permet de raviver les beaux souvenirs les matins par exemple, au moment de prendre le café dans nos petites tasses raquireñas 😉

souvenir de raquira artisanat colombien
notre "Rupertino", nos jolies tasses à café, la ruana et le plat en terre noire

On reste en contact ?

Envie d'épingler cet article sur Pinterest ?

Inscris-toi à notre Newsletter !

Visiter Raquira à Boyaca Colombie
visiter Raquira village coloré de Boyaca

Un article écrit avec amour par

Angelica | Mon voyage en Colombie

Colombienne de naissance, j'habite en France depuis mes 18 ans. Passionnée de voyage, de danse, de DIY et récemment de couture, je cultive depuis toujours ce goût du multiculturalisme. C'est avec une envie de redécouvrir mon pays et de le partager avec les français que nous nous sommes lancés avec Samuel dans l'aventure du blogging avec la création de Mon voyage en Colombie.