Necocli, petite ville aux airs de village tout au nord-ouest de la Colombie, les pieds dans le Golfe Uraba, sur la mer des caraïbes. Vous allez me dire ! Wouah l’eau turquoise, les palmiers et le sable blanc ! 😀 Eh bien non.

Necoclí déroge aux stéréotypes pour nous offrir une expérience que beaucoup de voyageurs appellent de leurs vœux : la fameuse authenticité. S’il y a un mot à la mode ces derniers temps pour mettre en valeur une destination touristique, c’est bien l’authenticité non ? Cette recherche utopique d’une destination où le voyageur se sentirait suffisamment immergé dans la vie locale pour ne pas ressentir l’étiquette « TOURISTE » qui colle à la peau du premier combo short / sac à dos venu.

Alors cette utopie, ne la cherchez pas, elle n’existe pas. L’étiquette, malheureusement, vous l’avez sur le front, peinte en rose fluo. Mais est-ce si important que cela ?

À Necocli, nous avons pu découvrir une destination bien éloignée des MUST DO colombiens. La Colombie est en train de devenir LA destination à la mode. Il est donc temps de trouver des petits trous de verdures où chante une rivière. Et Necoclí sera certainement cette oasis de tranquillité que vous chercherez pour éviter la foule.

Pourquoi Necocli ?

Comment sommes-nous arrivés là ?

necocli Destinations hors des sentiers battus en Colombie

L’histoire est jolie, elle ne sera pas la vôtre, mais elle m’aura permis de vous faire découvrir le coin et vous donner envie d’y aller.

Tout d’abord, notre projet était de retourner à Capurgana. Il se trouve que j’ai une bonne amie là-bas, Victoria, qui tient la Bohemia Hostal. Donc pour nous rendre à Capurgana, l’idée était de trouver une route différente à celle que j’avais empruntée en 2013 (à l’époque, j’avais pris une lancha depuis la ville de Turbo après un long voyage depuis Cartagena). Après prises de renseignements, j’avais la confirmation que Necocli était l’alternative idéale pour partir à Capurgana : la ville est plus sympa que Turbo, plus sûre et le trajet en lancha moins long ! Que demander de plus ?

C’était bien là l’avantage de Necocli mais aussi, comme nous l’apprendrons plus tard, son plus grand problème.

Mais Necocli c’était aussi pour nous la présence de la communauté d’indigènes Guna Dule (Les Kunas pour leur nom occidentalisé) et leur splendide artisanat, « les molas ». Angélica, grande amoureuse des molas, tenait elle aussi des informations de premières mains : un ami qui nous a mis en contact avec Eylin, employée à la mairie de Necocli. Et c’est comme ça, en discutant avec Eylin, que nous avons compris qu’il nous fallait absolument rester quelques jours ici, à Necocli.

Que faire à Necocli ?

Tourisme communautaire

groupe GIHA tourisme communautaire a Necocli en Colombie

Ce qu’il faut comprendre avant toute chose, c’est que la région de Necocli a été pendant longtemps une zone de guerre. Alors ici le processus de paix prend tout son sens, c’est une bénédiction, une chance, le rêve d’une autre vie ! Et le tourisme a une place importante à jouer dans ce processus.

En arrivant à Necocli la première chose que l’on vous demandera sera de savoir si vous partez le lendemain matin pour Capurgana. Et comme nous vous l’expliquions plus haut, c’est bien le plus grand problème de Necocli. Il y a là un véritable enjeu pour cette ville et tout un travail de développement touristique à mener pour arriver à retenir les visiteurs d’un soir et leur montrer que Necocli a beaucoup a offrir.

C’est l’objectif du projet Necocli Tiene Magia, une initiative de notre amie Eylin accompagnée par d’autres jeunes forces vives de Necocli qui cherche à montrer toutes les richesses du village et sa région.

Activités à faire à Necocli

La Colombie est un pays d’histoire et vous pourrez le découvrir dans de nombreux endroits du pays. Nous avons eu la chance de découvrir l’Histoire locale avec un grand H grâce à une balade guidée que nous avons faite avec une association fantastique : Pedazos de nuestra historia, un groupe d’Investigation historique et archéologique. Une association menée par Camilo qui a décidé de prendre en main la destinée archéologique de son village, San Sebastian de Uraba, proche de Necocli. Camilo a fédéré 25 jeunes du village de 7 à 60 ans 😉 pour tenter de recenser, protéger et faire découvrir la richesse patrimoniale locale.

Pourquoi San Sebastian de Uraba ?

Deux histoires s’entremêlent ici : tout d’abord celle des indiens, dont la présence attestée remonte à des milliers d’années, des céramiques, des lieux de cultes, des cimetières sont découverts sans arrêt ici.
Et d’autre part, c’est ici, à San Sebastian, que les Espagnols ont posé le premier pas sur le continent sud-américain.  C’est la toute première colonie espagnole sur le continent sud américain établit en 1509 !
Un croisement d’histoires passionnantes qui nous ont été racontées lors d’une superbe balade organisée par Pedazos de nuestra historia.

Nous y avons écouté un vieux du village nous parler des mythes et légendes de San Sebastian, puis nous avons découvert la richesse de la nature avec Lazaro, le botaniste musicien, et finalement nous avons écouté cette formidable histoire basée sur des découvertes archéologiques avec Camilo, jeune passionné et passionnant, porteur d’un projet humain, éducatif et social !

Camilo, nous espérons à ton association beaucoup de réussite, les soutiens qu’elle mérite, et une prise de conscience de la population locale pour que les richesses de votre patrimoine soient protégées et mises en valeur comme il se doit !

Contacts Pedazos de Nuestra Historia

(en espagnol)
Tel / Whatsapp : +57 322 522 9691
Mail : juancaritore@gmail.com
Via message privé sur leur Page Facebook

Necocli cache dans chacun de ses recoins une histoire à raconter… Cette initiative est née de la volonté des jeunes de Necocli, des jeunes pleins d’espoir, désireux de montrer leur municipalité et de voir dans le tourisme une occasion de partager avec le monde la richesse de cette terre, leur terre.

Ils ont parcouru les rues pour recueillir des histoires, l’expérience et le souvenir des anciens. Ils nous partagent cette tradition orale remplie d’anecdotes qui nous transportent dans une époque où tout était montagne et jungle…

À Necocli chaque coin de rue est une histoire racontée par ceux qui habitent l’espace urbain, des gens toujours prêts à partager avec les passants.

Le tour raconte bien sûr le Necocli d’il y a plus de 2000 ans avec les indigènes qui habitaient et habitent encore le territoire ou il y a 510 ans quand les Espagnols sont arrivés pour la première fois en Amérique continentale. Mais c’est aussi le Necocli d’il y a 40 ans, qui est passé d’une petite municipalité avec ses maisons en bois à une municipalité touristique qui exalte sa richesse naturelle et culturelle.

Contacts FreeTour

(en espagnol)
Tel / Whatsapp : + 573 215 593 560
Via message privé sur leur Page Facebook

crédit : Sarah Okendo

Un autre grand moment de notre séjour à Necocli fut la rencontre avec la famille de Don Milton et la découverte de la culture des indigènes Tule Kuna (ou Guna Dule, plus connus sous le nom occidentalisé de Kunas).

Les Guna Dule (Tule Kuna) sont les descendants d’indigènes déjà présents à l’époque de la conquête espagnole autour du Golfe d’Uraba en Colombie ainsi qu’au Panama autour des îles San Blas. Une des particularités de leur tradition réside dans la fabrication des molas, tissus brodés très colorés qui servent de parures aux femmes.

Traditionnellement, les hommes « écrivent » (dessinent) les figures et les femmes tissent les molas qui évoquent les 5 éléments (terre, eau, feu, air, esprit) et la cosmovision de la nature et de la vie des Tule Kuna. Les dessins géométriques figurant sur les Molas servent de protection et ont une importance particulière lors du rite de passage de l’enfance à l’adolescence pour les filles lors de l’apparition des premières menstruations.

Les couleurs vives des molas sont symbole de joie et représentent bien l’état d’esprit de la culture Guna Dule dont les piliers éducatifs sont : le silence, l’écoute, l’observation et le tissage.

Il faut savoir qu’une grande partie des Guna Dule vivent à l’écart de la société, dans les montagnes, où il est très difficile d’aller à leur rencontre. 
Nous avons ressenti une grande chance de pouvoir rencontrer cette famille vivant à Caiman Nuevo (Ibgigundiwala), près de Necocli.

À la fin de la rencontre, après nous avoir pendant plus de 2h raconté l’histoire de son peuple et de ses traditions, les Molas exposées au sol n’étaient pas là que pour faire jolie. D’abord nous adorons les Molas et nous avions prévu d’en ramener à la maison, mais dans tous les cas cela nous paraissait la moindre de choses de les remercier en achetant leur production, un artisanat d’une grande qualité et de notre point de vue d’une grande beauté. Comme pour les mochilas Wayuu ou Arahuaca, si vous vous trouvez en lien direct avec ces communautés et leur artisanat, achetez sans marchander, au prix proposé.

Aujourd’hui, le tourisme s’organise à Necocli et pour découvrir la culture Tule Kuna vous pouvez faire appel à Tuminel qui gère l’association locale d’artisanat Tule Kuna et qui propose des visites organisées avec la réserve de Caïman nuevo.

Contacts Tuminel Santacruz Montoya – Artesania Kuna Tule

(en espagnol)
Tel / Whatsapp : + 573 117 484 072 / + 573 508 672 932
Mail : tu.santa@hotmail.com 

Via message privé sur leur Page Facebook

À quelques kilomètres de Necocli se trouve le petit village de Lechugal où la communauté locale, bien que particulièrement isolée, développe un projet de tourisme communautaire extraordinaire.

ACAETUR (Association de conservation ambientale et écotouristique) se charge de la conservation des tortues marines qui viennent se reproduire sur les plages alentour et se propose de vous accompagner pour tenter d’observer ces créatures magiques dans leur environnement naturel.

En parallèle, il est possible de découvrir la faune et la flore locale au travers d’une balade dans la forêt du Cerro del Aguila avec la chance d’apercevoir les fameux singes hurleurs et pourquoi pas monter jusqu’au sommet et point de vue remarquable sur le golfe d’Uraba.

En 2018, nous sommes retournés pour la deuxième fois à Necocli, revoir nos amis et découvrir de nouvelles initiatives de tourisme communautaire. Pour l’occasion nous avons eu la chance d’aller rencontrer l’association ACAETUR.

Nous avons partagé cette expérience avec 3 amis lecteurs du blog, Sarah, Nathan et Pierre, qui avaient suivi nos conseils et que nous avons rencontrés par hasard à l’hôtel Punta Caribana… Magie d’internet !

Après une grosse heure de route chaotique, mais sublime dans un vieux Waz 4×4 rempli à raz bord de 12 personnes bien serrées, nous arrivons au bout d’un chemin que nous devons terminer à pied pour arriver sur la plage de Bobalito.

Orlando et son équipe nous accueillent sur leur « plateforme » comme ils l’appellent : une maison en bois construite récemment sur la plage pour accueillir les volontaires et les touristes de passages. Petite terrasse, cuisine, salle de réunion et dortoir… tout le confort rudimentaire pour passer la nuit à espérer avec fébrilité voir des tortues venir pondre dans le sable.

Nous passons la fin d’après-midi à parler avec Orlando de la naissance du projet de conservation des tortues marines. Jusqu’à il y a peu, les tortues étaient au menu des populations les plus pauvres de la côte. C’est de ce constat qu’est apparue la volonté de changer les mentalités locales et entamer un processus de conscientisation à travers la participation à ce projet.

L’association ACAETUR est composée d’une équipe de volontaires qui effectuent des rondes de nuit quotidienne durant la saison de pondaison et celle des naissances des tortues marines. Ces rondes ont pour but de recenser les spécimens, empêcher le braconnage, et protéger les nids des prétadeurs.

Avec les années, certains membres fondateurs ont reçu des formations spécialisées auprès d’experts du Costa Rica. Aujourd’hui le travail effectué à Lechugal par ACAETUR est reconnu par les scientifiques à l’échelle nationale.

Il existe 4 grandes espèces de tortues marines qui viennent donner naissance à leurs bébés sur la plage de Bobalito dans le secteur de Lechugal près de Necocli. La plus connue d’entre elles est certainement la tortue Cana, tortue géante actuellement menacée.

Après un superbe coucher de soleil et un bon repas, c’est en pleine nuit noire que nous allons entamer une marche sur la plage de plusieurs kilomètres dans l’espoir d’observer une tortue marine venir pondre ces œufs dans le sable. Fin du suspens : nous n’en verrons pas !

Le lendemain, Sarah, Nathan et Pierre partiront marcher dans la forêt à la recherche des singes hurleurs… avec baignade dans une cascade au programme… de quoi nous faire regretter d’avoir dû partir tôt le matin pour rattraper notre retard sur notre itinéraire !

Reste cette expérience unique d’avoir pu rencontrer ces héros du quotidien qui, au fin fond de la Colombie, dans un endroit complètement perdu, participer à la préservation de notre planète… rien que ça.

Contacts Acaetur

(en espagnol)
Tel / Whatsapp : + 573 135 250 476


En découvrant ce qu’avait à offrir Necocli, nous nous sommes rendu compte qu’il y avait là une perle de tourisme rurale à faire découvrir absolument. Pour notre part, nous avons eu le plaisir d’expérimenter de près trois petits bonheurs de Necocli : la balade archéologique, la rencontre avec la culture Guna Dule (Tule Kuna) et l’observation de la ponte des tortues marines.

Aujourd’hui l’offre touristique se développe et beaucoup d’autres possibilités se présentent au touriste bienveillant en recherche de découverte : Freetour pour comprendre l’historique de Necocli, Balades en VTT, excursion au volcan de boue, etc.

Necocli, perle du tourisme responsable

entre nature et histoire

tourisme responsable en colombie

Alors voilà oubliez un instant l’association « Caraïbe = Plage paradisiaque » et imaginez-vous plutôt à un carrefour écologique, historique et culturel d’une richesse insondable : c’est Necocli.

Necocli et sa région c’est une présence indienne de plusieurs milliers d’années, une culture encore forte et vivante aujourd’hui.

Necocli et sa région c’est l’Histoire avec un grand H car c’est ici que les Espagnols ont installé leur première colonie sur le continent sud-américain, rien que ça ! Et il y a des jeunes passionnés pour vous faire découvrir cette histoire incroyable.

Necocli c’est une faune et une flore encore totalement vierge et préservée : pour dire, les tortues l’ont choisi comme lieu de nidification !

Et Necocli c’est la vie de la « costa » colombienne comme elle peut être découverte dans sa plus pure simplicité, pour ne pas dire… authenticité.

Durant notre séjour nous avons eu la chance de faire de superbes rencontres. Des gens non seulement très intéressants, mais d’une gentillesse fabuleuse : Camilo, Lazaro, Don Milton, Orlando…

Necocli Tiene Magia

Ces rencontres, nous les devons à Eylin et à son dévouement à faire de Necocli une destination touristique différente. Avec son projet Necocli Tiene Magia et des jeunes dynamiques et plein d’idées, Necocli tient là son avenir. Un avenir fait d’un tourisme mettant en avant la richesse culturelle et naturelle, incluant un maximum les populations locales afin de rendre celles-ci plus conscientes des possibilités de leur territoire.

Mention spéciale à Cruz et Wilberto, les parents d’Eylin qui s’occupe de l’hotel Punta Caribana, petit hôtel dans lequel nous logeons à chacun de nos séjours à Necocli et que ne pouvons que recommander. Il y règne un esprit familial et Angélica, tombée malade pile au mauvais moment peut témoigner de la gentillesse de toute la famille. Quand vous repartez avec un régime de banane du jardin spécialement coupé pour vous… comment résister ?

Ici à Necoclí, il y a simplement la vie qui s’y coule et il n’y a qu’à la regarder filer pour tenter d’en saisir l’essence. Et cela, rien que cela, devrait suffire à vous convaincre.

Informations pratiques

Necocli

Pour se rendre à Necocli, l’une des options les plus logiques est de se rendre à Monteria qui est la grande ville la plus proche. Vous pouvez y accéder en bus depuis Bogota, Santa Marta, ou Cartagena ou en avion depuis toutes les grandes villes du pays également. Il est également possible de se rendre à Necocli directement en bus depuis Medellin.

Se rendre à Necocli en bus

Bus Monteria – Necocli

→ Compagnie de bus : Sotracor
→ Durée du trajet : 2h30
→ Prix : 35 000 pesos (≈ 9.5€)
→ Terminal de bus de Monteria : Cl. 41 #15-20

Bus Medellin – Necocli

→ Durée du trajet : entre 7h et 9h
→ Compagnie de bus : Cootrans Uroccidente (Guichet n° 34) ou Sotrauraba (Guichet n° 13 – 19)
→ Prix : entre 62 000 et 70 000 pesos (≈ 19.0€)
→ Horaires : départs de 7h30 à Minuit
→ Terminal del norte de Medellin : Cra 64 c No 78-580

Bus de nuit

Il existe des bus de nuit depuis Medellin qui vous permettront d’arriver à 6h du matin à Necocli, frais et dispo pour le départ de la lancha pour Capurgana de 8h ! 😉 À vous de vous organiser pour ne pas vous louper…

Bus Cartagena – Necocli

→ Compagnie de bus : Sotracor
→ Durée du trajet : 8h
→ Prix : 80 000 pesos (≈ 21.7€)
→ Terminal de bus de Cartagena : 236, Tv. 54 #54

Se rapprocher de Necocli en avion

C’est l’option que nous avions choisi lors de notre dernier voyage en Colombie, tout simplement car pour se rendre directement à Necocli depuis Bogota, c’était compliqué de faire autrement. Cela dit nous vous conseillons d’inclure Necocli dans un itinéraire logique entre Medellin et Cartagena, cela se fait très bien de voyager en bus ! 🙂

Vol pour Monteria

Pour se rapprocher de Necocli en avion, il faudra donc prendre un vol pour Monteria. Les compagnies aériennes qui desservent la ville sont : Viva ColombiaAviancaLatam. Depuis l’aéroport de Monteria, il est facile de se rendre au terminal de bus en prenant un taxi pour ensuite se diriger vers Necocli comme expliqué ci-dessus.

Le moteur de recherche Skyscanner a l’avantage d’intégrer les trois compagnies à son moteur de recherche afin de comparer les prix plus facilement :

Vous nous voyez venir… nous sommes allés deux fois à Necocli, et les deux fois évidemment nous avons logé dans notre deuxième maison : l’hotel Punta Caribana !

Cela dit on va commencer par vous proposer une alternative plus orientée backpackers, une hostale tenue par une équipe partenaire du projet d’Eylin Necocli Tiene Magia, que l’on ne peut que conseiller du coup ! 😉

Hostal La Mariapolis

Une hostal littéralement sur la plage, propre et confortable, recommandée par notre amie Victoria, et par Eylin, autant dire vous pouvez y aller les yeux fermés !

Voir les tarifs de La Mariapolis

Punta Caribana

punta caribana hotel necocliChez Cruz et Wilberto, on se sent vraiment comme chez soi, au point que c’est devenu notre 2ème maison en Colombie ! 😉 Si vous voulez tout savoir vous pouvez jeter un oeil à notre review détaillée.

Sachez que tout y est réuni pour passer un bon moment, l’accueil est familiale et chaleureux et Cruz et Wilberto se mettent en quatre pour vous faire passer le meilleur des séjours et vous donner les meilleurs des conseils.

Si en plus vous avez la chance de rencontrer Eylin qui développe la marque « Necocli Tiene Magia » et tente de développer le tourisme local, vous aurez accès à tous les meilleurs plans pour découvrir ce qui fait la magie de Necocli 😉

Réservation
Réservez directement une chambre de notre part via le formulaire ci-dessous.
Vous pouvez également joindre directement l’hotel au +57 (312) 284 48 15 ou +57 (312) 821 47 05
N’oubliez pas de dire que vous venez de notre part !

  • Format de date :JJ slash MM slash AAAA
  • Vous pouvez également joindre directement l'hotel Punta Caribana
    au (312) 284 48 15 ou (312) 821 47 05
    N'oubliez pas de dire que vous venez de notre part !

[yasr_visitor_votes]

Partager cet article

Newsletter

visiter necocli tourisme durable colombie
visiter necocli tourisme durable colombie

Newsletter

visiter necocli tourisme durable colombie
visiter necocli tourisme durable colombie

Notre blog contient des liens affiliés