Vallée de la Carbonera (Tochecito), la plus grande forêt de palmiers de cire de Colombie

    Partager:

    Circuit sur mesure en Colombie

    Comparez les offres de nos partenaires locaux

    Bienvenue dans la plus grande forêt de palmiers de cire de Colombie du monde ! La vallée de Carbonera est un endroit unique, indescriptible, magique qui, si vous avez la chance de la visiter, fait passer la vallée de Cocora pour un simple amuse-bouche. Oui, oui, vous avez bien entendu.

    Seul hic, son accès n’est pas du tout aussi facile et le budget pour découvrir l’un des plus beaux paysages de Colombie s’en ressent.

    Mais la beauté des paysages de la vallée de la Carbonera est sans commune mesure. Rien ne vous prépare à cela. Cela fait tout simplement partie pour nous des plus beaux panoramas que nous avons eu la chance de voir en Colombie.

    Mais vous allez nous dire, si c’est si beau, alors pourquoi cette vallée est-elle moins connue, moins visitée que la vallée de Cocora ? Et bien vous saurez tout en lisant notre article.

    Infos générales vallée de la Carbonera

    • Nom : La Carbonera ou Tochecito
    • Quand y aller : toute l’année
    • Superficie : 330km2
    • Écosystème : Forêt palmiers de cire
    • Climat : froid et humide
    • Altitude : entre 2300 et 3300m
    • Région : Andes
    • Département : Tolima

    Vallée de la Carbonera (Tochecito)

    La plus belle vallée de Colombie

    Vallée de la Carbonera (Tochecito), la plus grande forêt de palmiers de cire de Colombie

    Aujourd’hui, nous avons rendez-vous avec notre guide à Salento pour un périple en 4×4 à la découverte de la vallée de la Carbonera.

    En 4×4 ? La vallée de la Carbonera n’est pas accessible à pied ? Il est tout à fait possible d’imaginer se rendre à pied à la vallée de La Carbonera depuis Salento, mais il faudra prévoir plusieurs journées de marche.

    Cette vallée isolée n’est accessible que par une piste défoncée et il nous faudra bien 2h de route, monter un col à 3300 m jusqu’au point culminant nommé l’Alto de la Linea qui marque la frontière entre les départements du Quindio et du Tolima, et commencer à redescendre dans la vallée pour arriver aux premiers points de vue.

    Un territoire longtemps oublié

    Vallée de la Carbonera (Tochecito), la plus grande forêt de palmiers de cire de Colombie

    Tout ce territoire rural autour de l’Alto de la Linea incluant la vallée de la Carbonera était un terrain de conflit entre armée, paramilitaires et guérilla au début des années 2000. La vallée de la Carbonera était à l’époque réputée pour être un territoire entre les mains des FARCS.

    Sur la route qui monte au col de l’Alto de la linea nous nous arrêtons près d’une maison abandonnée. Notre guide nous raconte que c’est en fait une ancienne école de campagne et le lieu d’une histoire tragique comme on en raconte partout en Colombie. Une école, des innocents, un massacre, et puis plus rien…

    L’air est frais à cette altitude, mais l’air est lourd du poids de l’histoire. La Colombie c’est aussi cela. Et il est important de s’y confronter pour entrevoir ce qui fait aussi l’âme meurtrie derrière les sourires et la chaleur humaine des Colombiens.

    Les paysages de la vallée de la Carbonera

    Vallée de la Carbonera (Tochecito), la plus grande forêt de palmiers de cire de Colombie

    En poursuivant la route, nous passons le col de l’Alto de la Linea (d’où partent les cyclistes qui font la descente dans la vallée) et nous commençons à redescendre dans la vallée. Au détour d’un virage, les premières forêts de palmiers de cire apparaissent au loin. C’est le choc !

    On demande vite à s’arrêter pour prendre des photos. On est comme des fous. On veut s’arrêter à chaque virage, à chaque nouveau point de vue ! Notre guide rigole, car lui sait que nous n’avons rien vu…

    Quand on pense palmiers de cire, on imagine Cocora et on a l’image de ces prairies avec des palmiers de cire ici et là qui viennent ponctuer le paysage. Mais ce que l’on voit à Cocora ce sont des palmiers en train de mourir. Vous remarquerez qu’il n’y a aucune pousse, aucun “bébé” palmier. Chaque palmier est en âge adulte, en train de finir sa vie et ne sera pas remplacé, car son environnement naturel a été détruit.

    La vallée de Carbonera c’est tout autre chose. On y recense la plus grande densité de palmier de cire de Colombie (et donc du monde).

    On découvre ici ce qu’est le véritable écosystème d’une forêt de palmier de cire. C’est-à-dire qu’on a un aperçu de ce que pouvaient être les paysages avant l’intervention de l’homme et les désastres causés par le pâturage. Des paysages que l’on retrouvait à priori sur l’entièreté des montagnes andines équatoriale en 1500 et 3000 m d’altitude.

    Une forêt dense, une jungle, où l’on voit le palmier de cire à toutes ces étapes, la graine, la jeune pousse, les premières palmes, le début d’un tronc, et les palmiers adultes… Des forêts d’où émergent une énorme quantité de palmier de cire, un spectacle incomparable, époustouflant.

    C’est un véritable choc visuel.

    Contacter un Guide pour la Carbonera

    Si vous voulez découvrir comme nous la vallée de la Carbonera, on vous conseille de contacter notre partenaire local !

    Les espèces de Palmier de cire

    Les palmiers de cire sont endémiques des montagnes andines équatoriales d’Amérique du Sud. Ils vivent entre 1500 m et 3000 m d’altitude.

    On dénombre 16 espèces de palmier de cire différentes dans le “monde” (en fait dans une aire allant de l’ouest du Venezuela jusqu’au nord de la Bolivie).

    La Colombie représente le pays avec la plus grande quantité de palmier de cire et la plus grande variété d’espèces présentes. On compte 8 espèces de palmiers de cire en Colombie dont 6 sont natives de la région du Quindio et du Tolima.

    Les espèces se différencient par la hauteur de leur tronc et la vitesse de croissance. Les différentes espèces sont aussi spécifiques à certaines altitudes.

    La Carbonera ou Tochecito ?

    En continuant la route, nous arrivons enfin à la finca “La Carbonera” où nous faisons notre premier arrêt. Nous cheminons quelques centaines de mètre dans une prairie pour aller admirer l’un des plus beaux paysages qu’il nous ait été donné de voir en Colombie. Tout simplement.

    Vous l’aurez compris, la Carbonera est le nom d’une finca (ferme) qui se trouve située au milieu de cette vallée. Mais c’est aussi le nom de la vallée où l’Histoire nous dit qu’on y minait du charbon.

    Au final les opérateurs venant depuis Salento parlent plutôt de la vallée de La Carbonera et ceux provenant de Ibague parlent plus de Tochecito qui est en fait le nom de la rivière qui descend au village de Toche plus facile d’accès depuis Ibague.

    Dans tous les cas, ce qu’il faut comprendre c’est que toutes les vallées qui s’étendent entre le village de Toche (2300 m) et l’Alto de la linea (3300 m) sont couvertes d’îlots de forêts, remplies de palmiers de cire d’une densité incomparable.

    La plus grande forêt de Palmier de cire de Colombie

    Vallée de la Carbonera

    Vallée de la Carbonera (Tochecito), la plus grande forêt de palmiers de cire de Colombie

    Si cette vallée est unique, c’est parce qu’elle réunit la quasi-totalité des palmiers de cire du monde. Du monde ? Vous allez dire qu’on y va un peu fort ! Et pourtant…

    Cette espèce de palmier est endémique des Andes de Colombie, Pérou, Équateur, Bolivie, Venezuela… Les scientifiques considèrent que plus de 80 % des palmiers de cire de la planète se trouvent regroupés dans la vallée de la Carbonera.

    Voyez plutôt :

    • Vallée de Cocora : environ 6000 palmiers de cire
    • Vallée de la Carbonera : environ 600 000 palmiers de cire

    100 fois plus de palmier de cire… Là c’est plus clair !

    Contacter un Guide pour la Carbonera

    Si vous voulez découvrir comme nous la vallée de la Carbonera, on vous conseille de contacter notre partenaire local !

    Pourquoi cette vallée a-t-elle été préservée ?

    Cela va vous paraitre peut-être curieux, mais c’est pourtant un phénomène que l’on retrouve dans beaucoup de régions de Colombie. Depuis les accords de paix de 2016, de nombreuses régions colombiennes autrefois aux mains des FARCS ont été de nouveau rendues accessibles. Et partout on se rend compte que ces territoires ont été incroyablement préservés des méfaits du développement humain.

    En effet le territoire autour du village de Toche a longtemps été contrôlé par la guérilla. La vallée vivait comme isolée du reste du monde et cela a limité le développement agricole et l’extraction minière dans la vallée.

    La vallée de la Carbonera est donc une sorte de paysage arrêté dans le temps, un petit aperçu de ce que pouvait être le paysage des montagnes de la région andine équatoriale avant l’intervention humaine. Et comme dans de nombreuses régions colombiennes, c’est curieusement le conflit armé qui aura protégé les écosystèmes.

    Maintenant que la guérilla est partie, tout est entre les mains des propriétaires de ces terres (car tout est privé) pour bien vouloir protéger ces forêts et permettre leur régénération. Comment souvent en Colombie, le tourisme a un rôle a joué, car lorsqu’un touriste vient découvrir ces paysages et ces forêts, les propriétaires se rendent compte d’un trésor qu’il possède et sont plus enclins à imaginer le protéger pour l’avenir. Mais rien n’est gagné…

    Les forêts de palmier de cire en Colombie

    Vous aurez donc compris qu’il n’y a pas que la vallée de Cocora où l’on peut admirer les palmiers de cire. Et même que la vallée de Cocora est surement l’endroit le moins intéressant pour les voir…

    Nous avons pour le moment eu la chance de découvrir seulement quelques endroits différents où voir des forêts de palmier de cire. On commence maintenant à entendre parler de différentes destinations où voir les palmiers de cire et surement beaucoup dont nous ne connaissons pas encore l’existence :

    • Salento, Quindio
    • Pijao, Quindio
    • Toche, Tolima
    • Anaime, Tolima
    • Roncesvalles, Tolima
    • Salamina, Caldas
    • Tenerife, Valle del Cauca

    À suivre…

    Le Palmier de cire, espèce en voie d’extinction

    Vallée de la Carbonera (Tochecito)

    Vallée de la Carbonera (Tochecito), la plus grande forêt de palmiers de cire de Colombie

    Prenez conscience que ce paysage a été sculpté par l’homme pour l’élevage et que c’est cette déforestation pour laisser place à des pâturages qui a provoqué la perte de plus de 70 % des palmiers de la vallée de Cocora depuis 1985… de quoi rester pensif !

    Le palmier de cire est l’emblème national de la Colombie, c’est pourtant une espèce en voie de disparition. Le palmier de cire est un arbre endémique des régions andines de Colombie et qui poussent entre 1500 et 3000 m d’altitude principalement dans la région du café, c’est-à-dire les départements du Quindio, Tolima, Risaralda, Caldas (on en trouve même jusqu’en Antioqui, Santander, Cauca et Caqueta)

    Deux raisons à la réduction du nombre des palmiers de cire en Colombie : tradition chrétienne et déforestation.

    Tradition, car les feuilles de palmiers de cire ont longtemps été utilisées par les Colombiens durant la fête des rameaux durant la semaine sainte (aujourd’hui interdit). Déforestation, car la nécessité de créer toujours plus de prairie pour l’élevage et d’accès pour les mines a détruit l’écosystème natif des palmiers de cire, empêchant sa reproduction.

    La coupe des feuilles de palmiers pour la semaine sainte est désormais interdite, et des programmes de replantation sont en cours, mais tout est rendu difficile par les spécificités et la croissance lente du palmier de cire. Il est fort à parier que d’ici la fin du siècle la vallée de Cocora ne sera malheureusement qu’un simple paysage de prairie sans palmiers de cire.

    Pour résumer : un palmier de cire dans un prairie est un palmier de cire sans avenir.

    Reproduction des palmiers de cire

    Après notre arrêt à la finca “La Carbonera” nous reprenons la route en direction d’une autre finca où nous allons prendre le déjeuner puis découvrir l’intérieur d’une véritable forêt de palmier de cire préservée.

    Les paysages empruntés sur la route sont tout simplement époustouflants…

    Nous arrivons à la finca et nous sommes accueillis par un bon repas traditionnel bien réconfortant : soupe de pâtes, poulet en sauce avec du riz, des patates, du yuca…

    Bien rassasié nous partons avec notre guide à la découverte de la forêt de palmier de cire que les propriétaires de la finca ont décidé de protéger au maximum (et donc d’essayer au maximum à ce que les vaches n’y montent même si cela semble compliqué)

    Dans cette forêt nous allons enfin découvrir l’écosystème naturel des palmiers de cire et voir les différentes étapes de sa reproduction. C’est aussi l’occasion de voir l’incroyable biodiversité d’une forêt de palmier de cire, et notamment la présence d’une grande variété d’espèces d’oiseaux.

    Pour se reproduire, les palmiers de cire ont besoin d’une forêt dense et ombragée. Les graines tombent au sol, l’humidité va leur permette de germer, puis de se développer à l’ombre de l’a forêt.

    Contacter un Guide pour la Carbonera

    Si vous voulez découvrir comme nous la vallée de la Carbonera, on vous conseille de contacter notre partenaire local !

    Le palmier de cire a une croissance extrêmement lente : il lui faut passer 25 ans à l’ombre pour développer ses feuilles et voir apparaitre son tronc, puis encore plusieurs dizaines d’années avant de percer la canopée et atteindre sa hauteur de palmier adulte.

    Dans une prairie dégagée comme celles où l’on trouve les palmiers de la vallée de Cocora, les graines du palmier de cire vont tomber au sol sans pouvoir germer ni se développer, car elles vont être soit mangés soit piétinées par les vaches, ou si elles ont la chance d’y échapper les jeunes plants seront brulés par le soleil.

    La croissance très lente du palmier de cire

    • La graine tombe au pied du palmier adulte ou est emportée par les oiseaux
    • La graine peut mettre 1 an à germer à l’ombre de la forêt dense
    • Les premières feuilles arrivent et vont grandir à l’ombre de la forêt
    • Les feuilles jeunes peuvent atteindre jusqu’à 5 m de longueur
    • Il peut falloir attendre 25 ans avant de fabriquer le tronc du palmier
    • Le palmier va alors commencer à chercher la lumière vers le haut
    • Le tronc va grandir de quelques centimètres par an (chaque ligne représente un an)
    • Il peut falloir environ 70 ans au palmier de cire pour pouvoir se reproduire
    • Les palmiers de cire adultes peuvent atteindre jusqu’à 60 m de haut et vivre 200 ans

    Le Camino nacional

    Vallée de la Carbonera (Tochecito)

    Vallée de la Carbonera (Tochecito), la plus grande forêt de palmiers de cire de Colombie

    Nous redescendons de la forêt de palmier de cire pour reprendre la route du retour vers Salento. Nous n’avons fait que voir des palmiers de cire et des palmiers de cire, par milliers, et en revoyant les mêmes paysages qu’à l’aller nous nous faisons la réflexion qu’il est impossible de se lasser de ce spectacle !

    À l’aller comme au retour nous empruntons une route pas comme les autres. Il s’agit du Camino nacional (qui sur cette partie s’appelle Camino del Quindio).

    Le Camino nacional est une route ancestrale utilisée avant la colonisation par les populations indigènes et qui reliait Bogota à Quito (capitale de l’Équateur). Comme partout en Colombie, après la colonisation, les Espagnols ont ensuite aménagé ces voies de communication en les renommant “caminos reales” (chemins royaux). On en trouve trace partout dans le pays.

    Vallée de la Carbonera (Tochecito), la plus grande forêt de palmiers de cire de Colombie

    On peut dire que l’on doit beaucoup de création de villages à ce camino nacional et Salento est clairement l’un d’entre eux. Sur cette route longue et difficile, il fallait créer des lieux de repos où dormir avant de poursuivre la route. C’est pour cet usage que le village de Salento a vu le jour.

    Si ce chemin a peut-être à une époque lointaine été asphalté, avec la création de routes plus modernes sur d’autres axes, cette route a été abandonnée pour retourner à son état d’origine : de la terre, de la pierre, du gravier. D’autant qu’avec la présence de la guérilla pendant de longues années, cette route n’était plus utilisée. Aujourd’hui la route est à nouveau ouverte, mais son état ne la rend accessible qu’en 4×4 (ou une bonne voiture prête pour l’aventure), à vélo ou à pied.

    Cette route part de Salento pour montrer jusqu’au col nommé “Alto de la linea” à 3300 m d’altitude et qui définit la frontière entre les départements du Quindio et du Tolima. Une fois au sommet, la route descend jusqu’au village de Toche dans cette vallée aux paysages spectaculaires et encore relativement préservés.

    Contacter un Guide pour la Carbonera

    Si vous voulez découvrir comme nous la vallée de la Carbonera, on vous conseille de contacter notre partenaire local !

    Toche et le volcan Machin

    Vallée de la Carbonera

    Volcan Machin, Village de Toche en Colombie
    crédit : servicio geológico colombiano

    En venant de Salento, si on pousse plus loin dans la vallée jusqu’au village de Toche on peut découvrir un tout petit village arrêté dans le temps. Comme toute la vallée Toche est un village qui a vécu longtemps les heures sombres du conflit armé, mais qui aujourd’hui voit dans l’ouverture au tourisme une porte de sortie pour ses habitants.

    À Toche on trouvera des hébergements pour dormir et quelques restaurants où manger. On profitera de l’ambiance paisible du village pour discuter avec les habitants. Mais ce qui fait notamment la renommée du coin c’est le volcan Machin.

    Nous n’avons pas eu le temps d’aller jusque là, mais nous avons eu de bons retours de nos amis qui ont pu y aller.

    Le volcan Machin est un volcan en activité dont le cratère mesure environ 2,5 km de diamètre. Sa particularité réside dans son dôme encore présent et qui représente la plus grande menace si le volcan venait un jour à exploser. En effet on considère que le volcan Machin n’a pas connu d’éruption depuis plus de 800 ans… une sorte de cocotte minute en attente de faire péter le couvercle !

    L’activité du volcan est visible, des fumées peuvent être observées et de nombreuses sources d’eau chaudes permettent de s’y relaxer. Les risques d’éruption semblent ne pas inquiéter la famille de fermier qui vit littéralement à l’intérieur du volcan, dans le cratère !

    Bref, cela peut être une longue chouette journée d’ajouter la visite de Toche et du volcan Machin à celle de la vallée de la Carbonera. Il est tout à fait possible de le faire sur une journée au départ de Salento. On prendra alors simplement moins de temps à admirer les forêts de palmier de cire.

    Contacts pour visiter la vallée de la Carbonera et Toche

    Notre partenaire local à Salento propose des sorties en privatifs pour découvrir la vallée de la Carbonera en 4×4. Le tarif est forcément relativement cher vu qu’il faut payer la location du 4×4 et du chauffeur. Plus vous serez nombreux, moins cela coûtera cher.

    L’agence propose également la journée incluant Toche et le volcan Machin, n’hésitez pas à poser la question.

    Pour contacter notre partenaire local vous pouvez utiliser le formulaire ci-dessous. Vous ne paierez pas plus cher mais cela lui permettra de savoir que vous venez de notre part.

    Comment se rendre à la vallée de la Carbonera

    Les forêts de palmier de cire de la Carbonera se situent dans une vallée qui n’est pas accessible en transports publics, en bus ou en taxi.

    Le plus simple est clairement de prendre un tour organisé pour s’y rendre ou alors de posséder un véhicule capable de rouler sur piste (moto ou 4×4).

    IMPORTANT : Si vous décidez d’y aller avec votre véhicule, sachez que les fincas sont des propriétés privées. Certaines acceptent que les touristes entrent sur leur terrain alors pensez à participer. Il n’y a pas forcément d’entrée où payer le droit d’accès, alors faites l’effort de trouvez la maison des propriétaires et de demander le “prix d’entrée”.

    Depuis Salento
    C’est la solution la plus “rapide”, même si la route d’accès fait qu’il n’est possible d’y aller qu’en transport privé (4×4 ou en état de passer sur des pistes défoncées) ou via un tour organisé.

    • Distance : 30km
    • Etat de la route : piste
    • Durée en 4×4 : 3h

    Depuis Ibagué
    On peut prendre un bus de Ibagué jusqu’à Cajamarca, puis payer une Jeep Willis jusqu’au village de Toche, puis prendre un tour organisé sur place pour aller vers la Carbonera. (Possible aussi de prendre un tour organisé directement depuis Ibagué).

    • Distance : 60km
    • Etat de la route : asphaltée jusqu’à Cajamarca puis piste jusqu’à Toche et la Carbonera
    • Durée en 4×4 : 4h

    Où loger à Salento

    Salento

    Hotel Salento Plaza

    Hotel

    Hotel Salento Plaza

    $200.000 à $250.000

    Un superbe hôtel à Salento dans une belle maison coloniale tout proche de la plaza principal.Nous aurions aimé rester là pour tout vous dire! La déco est superbe, il y a un petit jardin intérieur qui invite au repos. Les chambres sont spacieuses et la literie a l’air confortable.Il est très bien noté

    Salento

    Hospedaje Vista hermosa

    Hotel

    Hospedaje Vista hermosa

    $0 à $100.000

    Un hôtel sympa et surtout très attractif au niveau des prix pour une ville comme Salento! C’est là que nous avons logé lors de notre dernier voyage en février 2022Chambres basiques mais confortables, propreté parfaite, bon service.

    Salento

    hostal salento el viajero

    Hostal

    El Viajero Hostel

    $150.000 à $200.000/Dortoir : $25.000 à $50.000

    Une chaine d’hostal que l’on retrouve à Cartagena, Cali et San Andres. Nouvellement installé à Salento, El viajero propose une grande variété de chambres pour tous les budgets et pouvant accueillir jusqu’à 90 personnes. Cela dit on avoue que l’emplacement qu’ils ont choisi a tout pour séduire !

    Salento

    hotel salento ciudad de segorbe

    Hostal

    Hostel Ciudad Segrobe

    $150.000 à $200.000/Dortoire : $50.000 à $100.000

    Entre l’hotel et l’hostal, voici un lieu où la déco est particulièrement soignée ! On adore l’ambiance de cette superbe maison coloniale. L’emplacement est central, à quelques pas de la place principale de Salento. Attention tout de même, toutes les chambres ou presque donnent sur la rue.

    Salento

    hotel salento la cabana

    Finca (Maison d’hôtes)

    La Cabaña Eco Hotel

    $250.000 à $300.000

    Un hotel dans une sublime finca traditionnelle colombienne. Une vraie valeur sûre située à l’extérieur du village, dans la campagne. Ils proposent notamment plein d’activités (balades à cheval et birdwatching).

    Salento

    Yambolombia Hostal à Salento

    Hostal

    Yambolombia Hostal

    $0 à $100.000/Dortoir : $0 à $25.000

    C’est l’hostal où nous sommes restés lors de notre premier passage à Salento. C’est une maison à l’écart du village, environ 20mn du village à pied, 5mn en Jeep. L’accueil est super chaleureux, Gabriel est un personnage attachant et l’ambiance est à la cool. Tout est entretenu avec soin.

    Ces articles pourraient vous intéresser

    Notre site contient des formulaires et des liens qui vous permettent d'utiliser des services ou d'entrer en contact avec des prestataires que nous avons testés et que nous vous recommandons. Utiliser nos liens et nos formulaires c'est l'assurance d'avoir un service de qualité ET c'est soutenir notre blog. Pour vous cela ne change rien mais pour nous si ! Merci de votre soutien !

    Laisser un commentaire

    Le meilleur de la Colombie

    Une fois par mois dans votre boite mail

    Cadeau de bienvenue :
    -15% sur notre shop !