La Cumbia, Musique colombienne de la région caraïbe

Publié le
Comment nous soutenir

Comment nous soutenir

Ça continue ! Nous entamons une nouvelle rubrique sur le blog pour ouvrir un peu plus le champs de la découverte de la Colombie.

Après avoir partagé avec vous la recette de l’Arepa de queso, nous allons parler musique colombienne.

La musique en Colombie est certainement l’art le plus répandu et il serait impossible d’en parler de façon générale sans y passer des heures… alors on va aborder différents sujets, différents styles musicaux, sans exigence d’exhaustivité mais avec un grand désir de partage !

Du golfe d’Uraba au désert de la Guajira, et tout le long du fleuve Magdalena, la région caraïbe est certainement la région productrice des deux styles musicaux parmi les plus emblématiques de Colombie : la Cumbia et le Vallenato.

Dans cet article nous allons essayer de vous présenter la Cumbia. Nous avons fait appel à notre ami Christian, passionné et grand connaisseur des musiques afro-colombiennes, pour accompagner Sam (qui si vous ne le saviez pas était musicien professionnel et a une formation en musicologie) à rédiger cet article et vous donner une max d’information !

Aux origines de la Cumbia

Musique de Colombie

Cumbia, musique de colombie
crédit : begonya plaza

Il est important de savoir qu’au départ le mot « Cumbia » ne représentait pas un genre musical mais désignait d’abord un événement, une fête, avant de désigner la musique qui s’y jouait. C’est quelque chose que l’on va retrouver un peu partout en Colombie. Par exemple c’est la même chose pour le Joropo dans le Casanare et la musique llanera.

L’origine du mot « Cumbia »

Deux versions tentent de donner une origine au mot « Cumbia » :

  • La première donne une origine Bantou où le mot « Kumba » signifierait « rugir », ce qui représenterait assez bien la force du chant qui accompagne la Cumbia. Par ailleurs « Kumbé » en Bantou désignerait une danse de Guinée équatoriale.
  • La seconde version donne une origine indigène issue du mot « Cumbague » qui désignait le Cacique (chef) indigène de la région de Pocabuy, c’est à dire la zone entre Mompox et El Banco où serait née la Cumbia (et où aujourd’hui se déroule le plus grand festival cumbia de Colombie)

Origine géographique de la Cumbia

Zone géographique des origines de la Cumbia en Colombie

Il n’y a évidemment aucune certitude sur le lieu de naissance exacte de la Cumbia, mais des recherches montrent qu’elle serait née dans la région autour de Mompox, anciennement connue sous le nom indigène de Pocabuy (en gros le bassin autour de Mompox et El Banco).

Cette thèse a le mérite de se fonder sur des écrits de l’époque colonial relatant dans cette région l’existence de fêtes indigènes données au son des flûtes et des tambours.

D’autres spécialistes certifient quant à eux que la Cumbia serait née à Cartagena.

Dans tous les cas la cumbia va se développer de part et d’autre du fleuve Magdalena au travers de la population de Santa Marta à El Banco, de Cartagena aux Montes de Maria, et jusqu’au département de Cordoba.

Cumbia, musique aux influences mêlées

Musique de Colombie

Il y a de nombreuses théories sur les influences musicales de la Cumbia qui ressemblent à celles de l’origine du mot, ou de la zone géographique exacte de son implantation…

Certains insisterons sur les origines indigènes de la Cumbia, d’autres certifieront que c’est d’abord une origine afro. Reste une seule chose certaine c’est que la Cumbia est une musique aux origines mêlées :

Les percussions

Les tambours de la cumbia colombienne
Les trois tambours de la Cumbia – crédit : Ashley-bayles

Les tambours utilisés pour la Cumbia ont des origines africaines et indigènes. On distingue trois tambours :

  • Llamador : c’est le plus petit qui sert simplement à donner le tempo.
  • Alegre : c’est le tambour qui chante avec la mélodie, c’est le plus virtuose des trois et qui possède une liberté d’improvisation.
  • Tambora : c’est l’équivalent de la grosse caisse, qui joue le rôle de basse et d’accompagnement de la mélodie. La partie bois est également jouée comme une clave/cloche. Des écrits décrivent au début du 19ème siècle cette percussion accompagnant les gaïtas dans les fêtes indigènes.

Selon les groupes, on va également trouver des percussions additionnelles comme la Maraca ou le Guache (un tube rempli de graine) qui viennent accentuer le rythme en complément du Llamador. Ces deux instruments sont d’origine indigène.

Dans les groupes de Cumbia de Gaïta, la Maraca est toujours utilisée par le joueur de Gaïta macho.

Instruments à vent

La Gaïta et la caña de Millo sont les deux instruments originels qui servent à jouer la mélodie de la Cumbia. Au passage on parle souvent de flûte pour désigner ces instrument alors qu’il s’agit en fait d’instruments à anche. Si pour la Gaïta on est certain de l’origine indigène, pour la caña de Millo certains y voit une origine africaine car c’est une instrument que l’on retrouve notamment au Soudan :

  • La Gaïta : sculptée dans le coeur d’un cactus, la Gaïta est un instrument à vent jouée par paire. La Gaïta « mâle/macho » joue les basses d’une main, tenant la maracas dans l’autre et la Gaïta « femelle/hembra » joue la mélodie à deux mains.
  • La caña de Millo : sculptée dans du roseau ou tout autre tige creuse, beaucoup plus petite, elle se joue à l’horizontal et remplace la Gaïta dans certaines régions.

La danse

Culture colombienne
Danseurs de Cumbia – crédit : ashley bayles

La danse cumbia aurait des influences issues des danses européennes (fandango). Il y a différents « baile » en fonction des circonstances (traditionnelle, défilé, salon, scène, etc.). La Cumbia est une danse de séduction, commune parade où l’homme tente de séduire la femme pendant que celle-ci le repousse à l’aide du bougie allumée.

Pour vous donner une idée schématique, traditionnellement :

  • Les hommes dansent penchés en pivotant sur un pied et en tournant autour des femmes, ils enlèvent leur chapeau, font des mimiques, des gestes de séduction, autrement dit : il se pavanent.
  • Les femmes, dans un déhanché léger, restent très dignes et droites, tenant d’une main leur robe et de l’autre portant une bougie allumée pour repousser les mauvais esprits et les assauts des hommes.

Les costumes

Costumes des danseurs de Cumbia en Colombie
Costumes des danseurs de Cumbia – crédit : juanerre

Pour les costumes de la Cumbia ce sera un peu plus évident de voir l’influence espagnole même si des éléments sont directement liés à la culture indigène :

  • Pour les femmes : la « pollera » est une robe à volant que les femmes espagnoles ont ramenées à l’époque coloniale. Traditionnellement rouge et blanche avec des carreaux.
  • Pour les hommes : le foulard rouge et les habits blancs rappellent les vêtements des festayres du pays basque.
    Cependant on remarquera chez les hommes des influences indigènes avec la Mochila, sac d’épaule (utilisé par divers populations indigènes) et le Sombrero vueltiao (origine Zenu)

Petite chronologie de la Cumbia

Cumbia, musique de Colombie

Cumbia, musique de colombie
crédit : sol reyes

La musique colombienne est d’abord une histoire de rythmes et de danses liés à des événements particuliers de la vie. La musique colombienne est donc d’abord et ontologiquement une histoire sociale. D’ailleurs c’est quelque chose qui n’est pas spécifique à la Colombie mais que l’on va retrouver partout à travers le monde.

La Cumbia ne fait pas exception à la règle. D’abord événement social, la « cumbia » comme genre musical n’existait que tard dans l’histoire de cette musique. On vous raconte rapidement ici la petite histoire chronologique de la Cumbia.

  • Années 1580 – Des écrits relatent des fêtes indigènes Chimillas du Pocabuy (Mompox) où la gaïta et la tambora sont décrites.
  • Années 1865 – Des écrits décrivent des fêtes où l’on danse au son des percussions africaines jouées par des esclaves et des gaïtas jouées par des indigènes.
  • Années 1877 – Création du groupe « Cumbia soledeña » considéré comme un des « premier groupe » officiellement constitués de Cumbia en Colombie.
  • Années 1934 – Création du label « Discos Fuentes » et premiers enregistrements de disques. Il devient nécessaire de mettre des étiquettes sur les genres musicaux afin de pouvoir les vendre. La Cumbia devient un genre officiel et l’apparition des instruments électriques fait passer la musique traditionnelle dans une autre dimension.
  • Années 1940 – La cumbia colombienne s’impose dans tout le pays comme genre musical populaire à part entière et commence à s’exporter dans les pays d’Amérique latine au travers de la diffusion radio et des ventes de disques.
  • Années 1960 – C’est l’âge d’or de la Cumbia colombienne avec la création des groupes de cumbia restés populaires jusqu’à aujourd’hui.
  • Années 2000 – Les musiques électroniques s’emparent de la Cumbia qui devient un genre musical hyper tendance créant en quelque sorte un nouvel âge d’or de la Cumbia après celui des années 1960.
  • Années 2013 – Le Festival Nacional de Cumbia de El Banco est déclaré patrimoine national de Colombie.

Les différentes styles de Cumbia

Musique colombienne

Cumbia, musique de colombie
crédit : paulo villadiego

Comme on vous l’a dit le genre musical Cumbia est issu des fêtes populaires du 19ème siècle où va développer l’identité de cette musique. Au fur et à mesure des époques, des déclinaisons vont voir le jour, par l’ajout/retrait de certains instruments ou simplement par l’évolution historique et le métissage avec d’autres influences.

On peut aujourd’hui distinguer dans la cumbia plusieurs genres :

  • Cumbia de Gaïta
  • Cumbia de Millo
  • Cumbia sabanera
  • Cumbia d’orquestre tropical
  • Cumbia électro
  • etc.

La Cumbia est un des patrimoines culturels de Colombie et certaines grandes figures représentent à eux seuls ce genre musicale. On vous donne ici quelques incontournables de la cumbia colombienne.

Cumbia de gaïta

La Cumbia de gaïta est considérée comme la Cumbia originelle, celle qui fut la rencontre entre la percussion et la gaïta, entre les traditions des esclaves africains et celles des indigènes de la région caraïbe.

LOS GAÏTEROS DE SAN JACINTO est l’un des plus grands représentant de cette cumbia colombienne originelle. San Jacinto est un village situé dans les Montes des Maria au sud de Cartagena, terre de Cumbia. Garant de l’histoire et de la tradition, los Gaïteros de San Jacinto, par la qualité de ses musiciens et l’authenticité de ses chanteurs, ont su porter haut les couleurs du genre et l’exporter en dehors des frontières colombiennes.

Voilà une mini reportage sur los Gaiteros de San Jacinto qui vous fera sentir de l’intérieur ce que représente la Cumbia traditionnelle.

Cumbia de Millo

La Cumbia de Millo est comme son nom l’indique une Cumbia jouée avec la caña de Millo, l’autre instrument à vent d’origine indigène utilisé pour jouer la mélodie dans certaines régions. Au même titre que San Jacinto pour la Gaïta, la caña de Millo a fait la réputation du village de Soledad au sud de Barranquilla.

PEDRO RAMAYA BELTRAN, natif de Soledad, est considéré comme l’un des plus grands représentant de la Cumbia de Millo.

Cumbia sentada

La Cumbia sentada (cumbia « assise ») est une cumbia sans instruments à vent. C’est une cumbia uniquement chantée et accompagnée par les percussions et qui donc… peut se jouer assis 😉 On va notamment la retrouver dans ce qu’on pourrait appeler la Cumbia de Palenque

TOTO LA MOMPOSINA est certainement la plus grande représentante vivante de la musique traditionnelle colombienne des caraïbes en générale. Mais même si son répertoire ne se limite pas à la Cumbia traditionnelle, sa grande voix a su amener la Cumbia Sentada au sommet et la fameuse chanson « El Pescador » en est une bonne illustration.

Cumbia de Banda ou Pelayera

La cumbia de banda est comme son nom l’indique jouée par une fanfare. Si on l’appelle Pelayera c’est parce que le village de San Pelayo, entre Monteria et Santa Cruz de Lorica, en est l’un des fiefs revendiqués. D’ailleurs chaque année s’y déroule un festival de Bandas. Les fanfares se réunissent pour faire honneur à ce genre musical venu tout droit d’Espagne et qui a également pris racine en Colombie.

PEDRO LAZA est la grande figure de la musica de banda avec sa musique raffinée. Mais si vous cherchez vous verrez que les fanfares locales peuvent parfois avoir un son bien roots qui donne un « Sabor » bien spécial !

Cumbia Sabanera

La Cumbia Sabanera est une cumbia venu des savanes de la région caraïbe (département du Sucre, Cordoba et Bolivar) où l’accordéon vient remplacer les instruments traditionnels indigènes, que ce soit la Gaïta ou la Caña de Millo. L’accordéon est un instrument importé par les allemands en Colombie à la fin du 19ème siècle qui va inonder de nombreux genres musicaux. La Cumbia n’échappe pas à la règle !

LIZANDRO MEZA ET ANDRES LANDERO sont les représentants les plus fameux de la Cumbia sabanera. L’instrument principal ici c’est l’accordéon mais non sent encore l’influence de la Cumbia traditionnelle avec la présence des percussions.

CARMELO TORRES est considéré aujourd’hui comme le garant de la tradition sabanera qui joue ici « La Pava Congona » un des grands classiques de la Cumbia Sabanera.

Cumbia tropical

La Cumbia tropical est apparu grosso modo avec l’arrivée du label « Discos Fuentes » dans les années 1940. Les musiciens sont entrés en studios, fini les instruments traditionnels, il faut plaire au plus grand nombre et pour cela on va ajouter des instruments modernes (guitares et basses électriques, claviers, cuivres et saxophones…) pour monter de grands orchestres de Cumbia.

RODOLFO AICARDI, surnommé « El rey de diciembre » pour sa capacité à enflammer les dancefloors des salons de toutes les familles colombiennes pendant les fêtes de noël, est certainement la figure emblématique de la Cumbia Tropical pour le label « Discos Fuentes ».

On pense bien sûr au tube interplanétaire « La Colegiala » ! Ici on est définitivement sorti des traditions, on utilise les instruments modernes (batterie, basse et guitare électrique, synthés, cuivres, saxophones, etc.).

Un autre classique incontournable, un des nombreux hymnes non-officiels de tous les colombiens : Colombia, Tierra querida de LUCHO BERMUDEZ !

Cumbia electro

À partir des années 1990/2000 les jeunes musiciens, notamment de musiques électro et hiphop vont s’intéresser aux musiques traditionnelles et venir mélanger les sons, c’est le renouveau de la Cumbia à l’échelle mondiale. Dans tous les pays d’Amérique latine se montent de nouveaux groupes influencés par les rythmes traditionnels et pour le coup l’Argentine sera en avance sur le sujet. Mais rapidement les musiciens colombiens se mettent également au diapason.

LA MOJARRA ELECTRICA sont certainement les pionniers du genre. Fondé en 2001 à Bogota par des musiciens engagés dans une recherche autour des musiques afrocolombiennes des caraïbes et du pacifique, des musiques urbaines, du jazz, de l’afrobeat, bref, une musique ouverte !

SYSTEMA SOLAR, fondé en 2006 à Santa Marta, fait également partie des groupes colombiens devenus incontournables aujourd’hui. Ils vont amener aux traditionnels Sound System tous les apports de la musique traditionnelle colombienne, la champeta, la salsa, le vallenato et bien sûr la Cumbia !

BOMBA ESTEREO est certainement rapidement devenu l’un des groupes colombiens parmi les plus connus dans les années 2000. Fondé en 2006 à Bogota, ils ont clairement orienté leur musique sur une cumbia electro.

PUERTO CANDELARIA, enfin, est un groupe formé en 2000 à Medellin dont le « leader » est un des jeunes compositeurs et arrangeurs colombiens les plus en vue du moment. Avec des influences jazz assumés ils ont débuté dans un genre totalement déluré mêlant musiques modernes et traditionnelles avec beaucoup d’humour. En 2019 ils ont sorti un album de reprises, beaucoup plus sérieux, en hommage à la Cumbia Tropicale, qui a reçu le Latin Grammy Award du meilleur album de Cumbia.

BONUS

Ils ne sont pas colombiens mais sont venus s’installer en Colombie, attirés par la richesse de ses musiques traditionnelles. En apportant leur influence de la scène européenne ils vont participer à cette fusion des genres.

SIDESTEPPER, un DJ anglais, vient s’installer à Bogota dans les années 1990 et peut être considéré comme un des pionniers du genre.

QUANTIC, un DJ hollandais viendra dans les années 2000 s’installer à Cali pour effectuer le même genre de travail.

Yo me llamo Cumbia

Musique colombienne

Impossible de ne pas terminer cet article avec l’emblème national, « Yo me llamo cumbia » une chanson écrite par Mario Gareña dans les années 1960, ici dans une version revisitée par Toto La Momposina. On vous laisse les paroles en dessous et on vous les a traduit pour que vous puissiez bien en profiter.

Yo me llamo cumbia, yo soy la reina por donde voy
No hay una cadera que se este quieta donde yo estoy
Mi piel es morena como los cueros de mi tambor
Y mis hombros son un par de maracas que besa el sol. (bis)
Llevo en la garganta una fina flauta que Dios me dio
Canuto de millo, olor de tabaco, aguardiente y ron,
Cojo mi mochila, enciendo la vela y repica el son,
Y enredo en la luna con las estrellas toda mi voz. (bis)
Como soy la reina, me hace la corte un fino violin
Me enamora un piano, me sigue un saxo oigo un clarin
Y toda la orquesta forma una fiesta en torno de mi
Y yo soy la cumbia, la hembra coqueta bailo feliz. (bis)
Yo naci en las bellas playas caribes de mi pais
Soy Barranquillera, Cartagenera, yo soy de ahi
Soy de Santa Marta, soy Monteriana, pero eso si
Yo soy Colombiana, ¡oh! tierra hermosa donde naci. (bis)
Como soy la reina, me hace la corte un fino violin
Me enamora un piano, me sigue un saxo oigo un clarin
Y toda la orquesta forma una fiesta en torno de mi
Y yo soy la cumbia, la hembra coqueta bailo feliz. (bis)
Yo naci en las bellas playas caribes de mi pais
Soy Barranquillera, Cartagenera, yo soy de ahi
Soy de Santa Marta, soy Monteriana, pero eso si
Yo soy Colombiana, ¡oh! tierra hermosa donde naci. (bis)
Y mis hombros son un par de maracas que besa el sol.
Y enredo en la luna con las estrellas toda mi voz.
Yo soy Colombiana, ¡oh! tierra hermosa donde naci.

Mon nom est cumbia, je suis la reine là où je vais
Il est impossible de ne pas se déhancher quand je suis là
Ma peau est brune comme les peaux de mon tambour
Et mes épaules sont une paire de maracas qui embrassent le soleil.
J’ai une fine flûte dans la gorge que Dieu m’a donnée
Tube de roseau, odeur de tabac, d’aguardiente et de rhum,
Je prends ma mochila, j’allume la bougie et la cloche sonne,
Et j’emmêle toute ma voix à la lune et aux étoiles
Comme je suis la reine, un excellent violon me fait la cour
Un piano me séduit, un saxophone me suit, j’entends une clarinette
Et tout l’orchestre forme une fête autour de moi
Et je suis la cumbia, la femme coquette et je danse avec joie.
Je suis né sur les belles plages des Caraïbes de mon pays
Je suis Barranquillera, Cartagenera, c’est de là que je viens
Je suis de Santa Marta, je suis Monteriana, mais plus que tout
Je suis colombienne, oh ! magnifique terre où je suis née.

Où écouter et voir de la Cumbia

Musique de Colombie

Cumbia, musique de colombie
crédit : tanins victoria

Voilà une question difficile à répondre ! En effet quoi qu’on puisse en penser, aujourd’hui la Cumbia n’est pas le genre musical le plus écouté, joué, en Colombie et il sera difficile de trouver des clubs dédiés à la Cumbia où voir des groupes se produire.

La première solution est de suivre les agendas des concerts en Colombie et voir si les artistes que vous préférez sont en concert quelque part.

Pour les plus aventurier et les amoureux de découverte, c’est en vous rendant dans les villages de la côte caraïbe où la Cumbia est née et où de grands artistes sont sortis que vous aurez la possibilité de peut-être rencontrer des musiciens et de pouvoir échanger avec eux sur le sujet

  • San Jacinto (Bolivar)
  • Ovejas (Sucre)
  • Morroa (Sucre)
  • El Banco (Magdalena)
  • San Pelayo (Cordoba)
  • Soledad (Atlantico)

Festivals

La façon la plus certaine de découvrir la tradition cumbiambera c’est de vous rendre dans les festivals de musiques traditionnelles ou dans les fêtes locales où la Cumbia et ses dérivés sont au centre des événements.

Clubs et Bars

Vous pouvez aussi tenter votre chance par ici, ces clubs, bars, restaurants, proposent parfois des DJ set où la cumbia est à l’honneur :

Désolé on n’a pas trouvé d’autres adresses qu’à Bogota pour le moment, si vous en connaissez, n’hésitez pas à nous dire ça en commentaire !

Merci de nous soutenir !

Merci de nous soutenir !

Newsletter

Partagez c'est la vie !

Notre site contient des liens affiliés

EN SAVOIR PLUS

Laisser un commentaire