Narco Tour en Colombie, stop aux clichés !

Circuit sur mesure en Colombie

Vous souhaitez faire appel à une agence de voyage pour partir en Colombie ?
Comparez les offres de nos partenaires locaux

Avez-vous idée, quand on évoque la Colombie dans une conversation, du % de chance que l’on a d’avoir, dans le meilleur des cas, une allusion à Pablo Escobar, aux cartels, et/ou à la cocaïne ? Je vous le donne en mille, allez, on prend les paris, roulement de tambour, les jeux sont faits : 99,99 %, tout simplement.

Oh mais ça va, c’est bon ! Un peu d’humour quoi ! On peut bien rigoler un peu merde ! On l’a pas inventé, il a bien existé Pablo, et la production de cocaïne c’est pas du pipo non plus, alors quoi !

Touristes nécrophiles

Saviez-vous que lorsque l’on s’occupe d’un blog sur la Colombie on reçoit quantité de messages, de commentaires, venant de lecteurs qui cherchent de l’aide dans la préparation de leur prochain voyage. Avez-vous idée du contenu de certains de ces messages, pas tous évidemment, mais certains ?

Bonjour, à combien c’est le gramme de cocaïne en ce moment svp ? Bonjour, est-ce que c’est facile d’acheter de la cocaïne dans la rue svp ? Bonjour, c’est dangereux d’acheter de la cocaïne en Colombie svp ?

Les gens sont polis, même les touristes nécrophiles peuvent être polis, ils disent bonjour, ils disent s’il vous plaît. Nécrophiles, parce que quand on sait ce que la cocaïne représente en Colombie, on peut dire qu’en la consommant on se rempli de mort, on se met de la mort plein les naseaux, la mort d’un pays, la mort de régions entières, la mort de villages, de quartiers, la mort de familles, la mort d’enfants, la mort, tout simplement.

Nécrophiles, comme vous y allez ! C’est bon, si on prend de la C c’est juste pour tenir le coup ou s’amuser quoi ! On peut plus faire la fête ? Faut pas exagérer non plus ho !

Le fléau du narcotrafic

Et puis régulièrement on lit la presse colombienne, on écoute la radio colombienne à la maison, enfin on se tient au jus quoi, et on découvre des histoires morbides, des proxénètes étrangers qui font de l’esclavage sexuel sur la côte caraïbe pour les touristes friqués et avides de chair fraîche, des touristes étrangers qui payent pour pouvoir violer des enfants, des bateaux qui proposent à la jetset des soirées all inclusive, repas, boisson, prostituée et cocaïne… tout simplement.

Et puis on rencontre des gens dans des régions touchées par le narcotrafic en Colombie, des gens qui ont vu, vécu, perdu… et on voit la mort partout.

On voit passer tout ça, et on a l’estomac qui remonte, les boyaux qui se tordent, l’envie de vomir qui resurgit parce qu’on sait très bien qui sont les victimes de tout cela, on voit leurs visages, on voit les femmes qu’on oblige, les jeunes qu’on force, les enfants qu’on abuse, et ces gros porcs qui s’en mettent plein le nez, on les imagine très bien également c’est gros porcs, et les poings se serrent, tout simplement.

Les clichés ont la vie dure

Alors vous l’aurez compris dans ce post, les idées s’emmêlent, tout se mélange, ça dégueule des mots sans queue ni tête, parce que l’émotion, trop forte, parce que le rouge aux joues, parce que les larmes aux yeux, parce que la rage, la rage tout simplement.

Nous, on a ouvert ce blog parce qu’on voulait participer à notre façon à changer l’image d’un pays que nous aimons de tout notre cœur. On avait envie de montrer ce qu’il y avait de beau et de bon. On se disait que les choses étaient en train de changer, que les stéréotypes s’estompaient, que les clichés avaient du plomb dans l’aile… mais en fait il faut juste admettre qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, tout simplement.

L’occasion était trop belle, la perche trop bien tendue… faut dire que cela faisait quelque temps déjà que ça m’émoustillait les phalanges, que les baffes attendaient sagement de vouloir sortir…

Alors à tous ceux qui trouve que “la morale, ça va deux minutes”, “qu'on n’est pas là pour se faire emmerder par des relous qui veulent nous empêcher de faire la fête”, que “c’est pas un bar, un gramme de C, ou un voyage en Colombie qui vont changer la situation du pays”, on va juste leur demander de Fermer leur P%$*& de gueule de décérébrés réfléchir deux minutes.

Pablo Escobar n'est pas un personnage de série

Pablo Escobar N’EST PAS un personnage de fiction ! Pablo Escobar a le visage de la mort, il représente la terreur, une violence que vu de France on ne peut même pas imaginer, tortures, exécutions, massacres, viols, extorsions, je te fais un dessin ? Il représente une période terrible de l’histoire de la Colombie.

Et toi, le parisien quand tu t’émoustilles en jouant au narco dans un bar, ou toi le touriste quand tu veux faire un Pablo Escobar Tour à Medellín, tu sais ce que tu fais ? Tu regardes un peuple en train de se noyer et tu lui appuies la tête pour qu’il ne puisse surtout pas sortir la tête de l’eau, tu le condamnes, tout simplement.

Mais ce qu’il faut comprendre c’est que la cocaïne et le trafic reste un fléau contemporain, mais des groupes armés agissent comme une mafia et tiennent dans leur main la vie de milliers de paysans dans les campagnes colombiennes, de milliers de jeunes enrôlés sous leurs ordres, passeurs, mules, de milliers de famille obligés de payer la rançon pour être en sécurité, on parle d’hommes et de femmes qui vivent dans la peur et la misère pour que toi le parisien branché décérébré tu te la mettes bien profond dans les narines ! Tu la sens la mort dans tes naseaux ? Tu la sens ? Tu la sens ? TU LA SENS !!

46 000 morts et un travail de mémoire

Le 22 février 2019, l'immeuble Mónaco, ancienne propriété de Pablo Escobar, et lieu de pèlerinage des touristes fans de séries télévisées sur les trafiquants de drogue, était détruit après consultation de la population du quartier pour laisser place au Parque Memorial Inflexión rend hommage aux 46 612 victimes du trafic de drogue en Colombie. Changement de paradigme.

Un mur de pierre noire de 70 mètres de long, perforé de minuscules trous : 46 612 trous pour être exact. C'est le premier message du Parque Memorial Inflexión : des trous qui représentent des absences. La nuit, ils sont éclairés de l'intérieur

De l'autre côté du mur, la ligne chronologique de l'horreur, la douleur gravée sur des milliers d'êtres chers, 208 événements violents attribués au trafic de drogue qui ont eu lieu à Medellín et Bogota.

“Il ne s'agissait pas seulement de démolir le bâtiment, mais de mettre l'accent sur les problèmes des victimes et de leur donner la parole.” – Paula Jaramillo, directrice de Grupo Trébol, l'entreprise à l'origine de cette initiative.

Le mur qui raconte ces événements d'horreur demande au visiteur : comment avons-nous survécu ? La réponse se trouve finalement dans le message placé à côté de l'un des arbres restants de l'ancien bâtiment Mónaco : “Ce caroubier a été un témoin silencieux de la tragédie vécue par la ville. Il est l'un des moyens par lesquels la nature a surmonté l'adversité, devenant ainsi un exemple de résilience”.

Change ton regard

Si tu es arrivé jusqu'à ces lignes, c'est que le sujet t'interpelle et que peut-être tu es prêt à changer d'avis, de façon de penser, de paradigme !

Merci à toi !

Il existe de nombreuses initiatives touristiques pour comprendre l'histoire de la Colombie, soit curieux ! Alors plutôt que de vouloir faire ton Escobar Tour, va faire un tour au Mémorial Inflexion ou au musée de la mémoire de Medellin. Fait le tour “Construyendo Paz” à Bogota pour comprendre l'histoire du conflit en Colombie.

Bref, laisse les séries et les films de narcos et passe du côté lumineux de la force. Deviens un ambassadeur de la Colombie qui change, de la Colombie qui veut panser ses plaies, de la Colombie qui veut la paix sur son territoire.

Après avoir voyagé en Colombie, après avoir découvert son histoire et sa population, après avoir vu ses cicatrices encore vivaces, tu auras pu abandonner ta vision caricaturale et tes clichés, et tu seras prêt à parler du pays, à en partager ton amour, à le raconter, à le chanter à tous tes amis pour qu'un jour on arrête de mettre les monstres sur un piedestal.

Ce fléau Jusqu'en France

Et pendant ce temps en France… On apprend qu’un super lieu colombien a ouvert à Paris, un lieu de fête génial inauguré à grands coups de selfies de jetseteur, d’instagrammeur et d’auto-proclamés influenceurs.

Au programme ? On entre en demandant Popeye (c’était un Sicario, l’homme de main numéro 1 de Pablo Escobar) avec le mot de passe “plata o plomo” le fameux slogan préféré de la funeste série Narcos dont tout le monde raffole. On y trouvera une valise remplie de faux paquets de cocaïne, une tombe de Pablo Escobar avec l’épitaphe “Amado por todos”, un cocktail “à la poudre magique”, un autre qu’on nomme “columbian mule” avec une belle faute d'orthographe qui montre tout l’amour du gérant pour la Colombie (pour info une mule est la personne qui transporte la drogue pour les trafiquants), un autre “Cabron, Cartel pisco sour” autrement dit, un cocktail “Enculé, le pisco sour des cartels”, on profitera également du Margarita Bar en hommage aux femmes de Pablo… tout simplement.

Voici donc le “Medellin” à Paris. Un lieu qui selon le propriétaire est un hommage à la culture sud-américaine et notamment à la Colombie et à Medellín. Et c’est vrai, quoi de mieux que la figure de Pablo Escobar et les références aux narcos pour représenter cette ville !

Bah quoi, il fallait bien trouver une icône et quand on parle de Medellín on pense à qui ? Hein ? Bah voilà, donc faut arrêter l’hypocrisie !

C’est en substance le discours de ces chers philanthropes.

La communauté colombienne secouée par cette histoire a lancé une pétition pour demander la fermeture du lieu. Nous avons soutenu cette initiative et vous avons encouragé à pour marquer votre soutien et faire parler de cette initiative autour de vous. Suite à ce mouvement de protestation le bar s'est senti obligé d'adoucir son concept, quelques éléments de déco ont été enlevé, et quelques messages positifs rajoutés, mais le mal est fait et la thématique reste la même.

Ces articles pourraient vous intéresser

Les auteurs

Angélica & Samuel

Nous sommes Angélica et Samuel, couple franco-colombien, photographes et rédacteurs web professionnels et spécialistes du voyage en Colombie. Nous avons créé ce blog pour changer l'image du pays, vous aider à préparer votre voyager et vous donner envie de découvrir la Colombie autrement !

Comment soutenir notre blog

Notre site contient des formulaires et des liens qui vous permettent d'utiliser des services ou d'entrer en contact avec des prestataires que nous avons testés et que nous vous recommandons. Utiliser nos liens et nos formulaires c'est l'assurance d'avoir un service de qualité ET c'est soutenir notre blog. Pour vous cela ne change rien mais pour nous si ! Merci de votre soutien !

Laisser un commentaire

16 réflexions au sujet de “Narco Tour en Colombie, stop aux clichés !”

  1. J’ai pris une claque en parcourant cet article. Merci à vous de faire la lumière là-dessus et continuez à avoir la rage, c’est comme cela que l’on fait évoluer les mentalités.

    Répondre
  2. Merci à vous pour ce super blog que j’ai parcouru en long en large et en travers, nous partons vendredi prochain, j’ai hâte . J’ai déjà vécu ce voyage une 1ere fois en le préparant, et ce qui m’attire et que j’imagine de ce pays, c’est la nature, la biodiversité, la luxuriance, les oiseaux, les fleurs, les couleurs à gogo (je suis peintre), la gentillesse et simplicité des gens…
    Et c’est vrai quand j’évoque ce prochain départ, seule la gente masculine, me parle d’escobar, de poudre blanche ….. Pas une femme n’a évoqué cela…
    Merci

    Répondre
  3. Bonsoir, le collectif #StopMedellinParis est en train de faire une lettre à la maire de Paris, Mme Hidalgo et on cherche plus de personnes pour signer et appuyer nôtre demande de fermeture où changement de nom du bar. Seriez vous intéressé de signer avec nous? Si oui, il suffit de nous envoyer par mail noms complets et poste de travail à:
    stopmedellinparis@gmail.com et jleslielondono@gmail.com
    Merci d’avance.

    Répondre
  4. Quelle belle lettre, et cri de rage. As-tu essayé de l’envoyer aux quotidiens gratuits que tout le monde lit dans le métro, à MARIANE, c’est dans leur ligne politique, et autres mensuels et TV régionale. Cordialement Sophie

    Répondre
      • tu vas sur TOUS les sites de média et tu envoies aux rédacteurs, mais MARIANNE c’est clairement leur ligne éditeriale, donne ton téléphone à tous pour recontact éventUELS, FR3 paris aussi, contacte les à moins qu’ils soient déjà venus lors d’une manifesation devant

        Répondre
        • Bonjour,

          Je suis en pleine lecture de votre blog pour préparer mon voyage en Amérique du sud et central. Je savais qu’il y avait des jolies choses à voir en Colombie mais sans m’y être intéressé. Durant mes voyages j’essaye toujours d’être conscient de l’impact que peux avoir ma présence dans le pays et pour cela j’essaye bien souvent de montrer l’exemple. Et il y a tout une partie de votre blog qui est vraiment très très intéressant du point de vu de toutes les informations que vous données pour faire des visites en ayant un impact positif sur la population local tout en apprenant leur culture en découvrant leur environnement. ET C’EST CA!!! C’est ça que vous devriez partager auprès des médias qui peut être pourrait être intéressés.

          Je pense qu’il est possible qu’une chaine TV soit intéressé pour raconter votre manière de voyager tout en dénonçant le tourisme de masse qui a un effet négatif (en même temps coup de pub pour votre blog).

          Répondre
          • Jejeje c’est gentil Ludovic ! Merci pour ton message 🙂 Nous sommes loins d’être exemplaires, comme tout le monde nous avons nos contradictions et nous ne savons pas si nous pourrions vraiment être élevés au rang d’exemple ! 😉 Mais oui nous essayons de faire au maximum la promotion d’un tourisme responsable sur notre blog ! Si les médias s’intéressent un jour à notre démarche, nous serons bien sûr là pour faire passer le message, mais ne connaissant pas bien le milieu nous ne savons pas vraiment comment nous pourrions contacter des médias à ce sujet, en attendant nous travaillons dans notre coin et cela nous va très bien 😉 Encore merci pour tes encouragements en tous cas, cela nous touche particulièrement.

  5. Précisez à tous ces gens qui vous posent des questions au sujet de l’achat de coque, qu’un kilo équivaut en moyenne à 6morts. C’est ce que provoque la production, le transport et la vente et la consommation. 6 morts par kilo. A chacun de faire son calcul, voir si ça passe niveau morale, éthique et conscience…

    Répondre
  6. Je suis vraiment très contente de ne pas être parisienne.
    Même si tu as raison, et qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour changer l’image qu’on se fait de la Colombie, cette image a déjà changée, en mieux. Il ne faut pas désespérer, et continuer à promouvoir la splendeur de ce pays (pas visité mais le peu que j’en ai vu par des amis, ça me plait beaucoup!).

    Répondre

Le meilleur de la Colombie

dans votre boite mail

Inscription Newsletter