Visiter Popayan, que faire dans la ville blanche de Colombie

    Circuit sur mesure en Colombie

    Comparez les offres de nos partenaires locaux

    Nous nous sommes arrêtés quelques jours à Popayan lors de notre périple sur la route du sud entre Bogota et Cali. Après avoir passé une semaine à San Agustin, c’était agréable de revenir dans une ville un peu plus grande. D’autant que Popayan est une des plus belles villes de Colombie !

    Appelée la “ciudad blanca” (la ville blanche) Popayan a longtemps été une des villes les plus importantes du pays. Puis elle a un peu perdu de son influence avec la modernisation du pays, mais Popayan reste un arrêt obligatoire pour tous ceux qui visitent le sud de la Colombie.

    Nous savions ce que nous voulions faire à Popayan, nous avions déjà repéré trois projets que nous souhaitions découvrir : Get Up and Go Colombia à Popayan, une association de femmes productrice de soie à Timbio et un projet de tourisme communautaire indigène à Silvia.

    Infos générales Popayan

    • Surnom : La Ciudad Blanca
    • Fondation : 1537
    • Gentilé : Payanés
    • Région : Andes
    • Département : Cauca
    • Habitants : environ 320 000 hab. 
    • Altitude moy. : 1760m
    • Climat : tempéré et humide
    • Température moyenne  : 18 °C
    • Saison des pluies : octobre, novembre, décembre

    Popayan la ville blanche

    Que faire à Popayan

    Visiter Popayan, que faire dans la ville blanche de Colombie

    Nous débarquons à Popayan par le bus qui relie San Agustin à Popayan et qui passe par le parc naturel de Puracé. La route est longue et cahoteuse, mais on peut vous confirmer que cela se fait sans problème.

    Nous avons démarré notre séjour par une visite guidée du centre historique de Popayan avec un jeune du projet Get Up and Go Colombia, dont on vous parlera après. On en apprend beaucoup sur la ville et son histoire.

    Selon les histoires, le nom de Popayan vient du nom du Cacique indigène Payan, chef du peuple Pubenense qui vivait dans la région avant l’arrivée des colons.

    Popayan est connue pour avoir vu de nombreux personnages célèbres dans l’histoire de la Colombie et le premier d’entre eux : Francisco José de Caldas. Grand intellectuel au point d’avoir le surnom “el sabio” (le savant), issu de la classe favorisée des “criollos” (colombiens nés des parents espagnols), Caldas est considéré comme l’un des pères de l’indépendance colombienne en 1810.

    Pendant longtemps Popayan était l’un des centres culturels de la Colombie. On y trouve d’ailleurs l’une des plus anciennes universités du pays. La tradition catholique est encore fortement ancrée dans la ville, au point que les processions de la semaine sainte de Popayan ont été inscrites au Patrimone immatériel de l’humanité par l’UNESCO.

    Visiter Popayan, que faire dans la ville blanche de Colombie

    Pendant la visite on apprend entre autres, pourquoi Popayan est surnommée la “ville blanche”, ou plutôt pourquoi la ville possède des murs blancs… Selon la légende, au 19e siècle, durant une épidémie de “nigua” (puce tropicale) qui attaquait les pieds des habitants, la mairie a décidé de recouvrir les murs de chaux afin d’essayer de désinfecter la ville. La tradition d’abord sanitaire est restée, aujourd’hui les murs de la ville sont repeints en blanc tous les mois de mars avant la semaine sainte.

    Entre forte présence de communautés indigènes, héritage colonial extrêmement puissant et lourd tribut payé au conflit armé, le département du Cauca est une sorte de laboratoire politique en Colombie.

    Popayan et le Cauca sont un territoire lourdement touché par le conflit armé, et c’est aussi le bastion de communautés indigènes parmi les plus politiquement actives en Colombie : Misak, Nasa, Inga, Totoro, Yanacona,Paez, Pubenense, Kokonuco, Eperara Siapidara…

    Visiter Popayan, que faire dans la ville blanche de Colombie

    Lors des grandes manifestations de 2020 en Colombie, la statue qui trônait au sommet du Morro de Tulcan, cette colline qui domine la ville de Popayan, a été déboulonnée par les indigènes. Il s’agissait d’un geste anticolonialiste, la statue étant celle de Sebastian Belalcazar, le conquistador espagnol qui a “fondé” Popayan considéré comme l’un des colons qui a massacré le plus d’indigènes en Colombie.

    El morro de Tulcan a été reconnu comme étant un ancien cimetière indigène, cachant une pyramide construite à base de terre battue et de briques de terre crue. C’était un site sacré, lieu de cérémonies, et qui permettait de voir la ville à 360°.

    Visiter les alentours de Popayan

    N’oubliez pas qu’il y a plein de choses à faire aussi AUTOUR de Popayan ! Village de Silvia, Parc naturel de Puracé, Parc archéologique de Tierradentro, Route de la soie… vous pouvez lire notre article sur le sujet.

    Points d’intérêt à Popayan

    Que faire à Popayan

    Visiter Popayan, que faire dans la ville blanche de Colombie

    Pendant la visite guidée on peut parcourir les principaux points d’intérêt du centre historique de Popayan tout en découvrant leur histoire. Mais si vous avez décidé de découvrir le centre historique de façon autonome, voici les choses à voir à Popayan :

    • Place principale (Parque Caldas) avec sa tour de l’horloge si emblématique
    • La cathédrale de Popayan
    • L’église de La Ermita, l’une des plus anciennes de la ville
    • L’église de Belen et sa vue sur Popayan
    • L’église de San Francisco
    • Le pont de l’humiliation
    • Le Théâtre Municipale Guillermo Valencia, un des rares bâtiments colorés de la ville
    • Le Morro de Tulcan et sa vue sur Popayan
    • Musée de l’art religieux
    • Musée Guillermo Valencia

    Spécialités locales

    • Empanas de Pipian : petites empanadas à base de pomme de terre colorada et cacahuètes. Le lieu le plus connu pour les déguster est le resto Mora Castilla.
    • Salpicon Payanés  : Boisson typique de Popayan, une espèce de granité de fruits : mure, Lulo et Guanabana. Angélica a bien aimé, Samuel pas beaucoup…
    • Aplanchados : Ce sont des petits biscuits sablés très bons, ils font partie du patrimoine gastronomique de la ville et vous allez surement voir les plus connus, ceux de “Doña Chepa”. Elle n’est plus là, mais son héritage restera intact.

    Visite guidée de Popayan

    Get up and Go Colombia

    Visiter Popayan, que faire dans la ville blanche de Colombie

    Vous avez dû le remarquer, nous conseillons souvent de faire les visites guidées des grandes villes colombiennes. Si nous n’étions pas forcément adeptes dans le passé, nous avons vraiment changé d’avis au fur et à mesure de nos expériences, notamment et surtout en Colombie. Le pays est si complexe et son histoire si peu connue qu’il nous semble important de pouvoir contextualiser les choses avec un guide local. Cela ne fait qu’enrichir le voyage.

    Get up and Go Colombia

    À Popayan nous avions repéré une super initiative dont nous voulions absolument vous parler. Donc nous sommes allés les rencontrer.

    Get up and Go Colombia est une ONG qui développe des projets touristiques visant à un “empowerment” des communautés du Cauca, une des régions les plus touchées par le conflit armé. (Empowermetn est un mot difficile à traduite : autonomisation, démarginalisation… c’est redonner le pouvoir d’agir à des personnes défavorisées).

    L’ONG travaille avec les victimes du conflit armé colombien, les communautés indigènes, rurales et LGBT. Les revenus générés par les services touristiques sont réinvestis dans des projets éducatifs visant à développer le tourisme dans d’autres communautés.

    Get up and Go propose donc des visites guidées de Popayan et alentour :

    • Free Tour ou tour privé : visite historique du centre de Popayan. C’est celui que nous avons fait !
    • Peace & Art Tour : histoire du conflit armé et résilience à travers des peintures murales de Popayan, guidé par des femmes victimes du conflit armé
    • Journée à Tambo : à la découverte d’un territoire touché par le conflit qui se relève grâce à l’écotourisme.

    tiuspa cafe

    Le Tiuspa Café est une des initiatives de Get up and Go, il s’agit d’un café/restaurant qui cherche à donner de la visibilité aux victimes du conflit armé et à sensibiliser sur l’importance de la réconciliation.

    Ils proposent différents produits issus de projets menés par des ex-combattants dont le café qui est très bon d’ailleurs. Ils font des soirées d’échanges linguistiques pour permettre aux jeunes d’apprendre et pratiquer l’anglais. Ils forment des victimes du conflit armé dans le cadre des projets touristiques de l’ONG.

    On a passé un super moment avec eux et on vous conseille d’y passer pour les soutenir. Leur travail est superbe et a un vrai impact !

    Où trouver le Tiuspa Café ?

    • Cra 10 # 5-67 centro
    • Horaires: de lundi à vendredi de 15h à 19h30

    La Tour de l’horloge

    Que faire à Popayan

    Visiter Popayan, que faire dans la ville blanche de Colombie

    Surnommée “la narine de Popayán”, la Tour de l’Horloge a été construite au 17e siècle et son horloge a été installée en en 1737. Si vous prêtez un peu attention à l’horloge vous verrez une drôle de curiosité : le chiffre 4 est écrit avec quatre barres IIII alors que la norme voudrait que l’on écrive plutôt IV.

    Et là vous allez nous demander, mais pourquoiiii !? Le suspens est insoutenable.

    Et bien comme toujours dans ces cas là les explications vont bon train et il y a plusieurs théories mais toutes ont rapport avec une mode chez les horlogers : on raconte que c’est une erreur d’un horloger suisse que ses collègues vont soutenir en reproduisant la même erreur par la suite. On dit aussi que c’est Charles V qui lors de la construction de l’horloge du Palais de la Cité a imposé à l’horloger cette écriture et cela aurait fait tâche d’encre. Enfin on explique que c’est l’horloger qui aurait préféré marquer IIII pour une histoire de symétrie.

    La vérité est sûrement plus prosaïque puisque le chiffre IIII a été pendant longtemps la norme pour écrire le chiffre 4…

    Mythes et légendes

    De nombreuses légendes ont été tissées autour de la Tour de l’horloge de Popayan. On raconte que les nuits de pleine lune, à minuit, on entend les pleurs d’une femme…

    Certains disent qu’il s’agit de la “Ñapanga llorona”, la métisse pleureuse, une âme en peine qui commence sa marche dans le temple de San José, s’arrête à la Tour et continue le long de la plate-forme de la cathédrale jusqu’au sanctuaire de Belén, en passant par les chapelles de La Encarnación et de La Ermita.

    D’autres assurent qu’il s’agit plutôt des cris d’Ernestina, une petite fille née dans le clocher à l’époque de l’indépendance (1810), alors que plusieurs insurgés s’y cachaient.

    Enfin certains parlent en fait du tragique destin d’une jeune fille abusée qui après avoir accouchée de son enfant le jeta dans le rio Molino de Popayan et qui depuis pleure la mort de son enfant. En l’occurence, cette dernière version est typiquement le mythe de la “llorona” que l’on retrouve dans toute l’Amérique latine.

    Pour terminer plus léger, la légende nous dit que les ossements de Don Quichotte de la Mancha (oui oui) reposent dans la Tour de l’horloge de Popayan et que quiconque aspire à être poète ou écrivain doit venir poser ses mains sur les murs de la Tour pour s’imprégner de l’esprit, de l’âme et de la sagesse du plus célèbre personnage de la littérature universelle.

    Où loger à Popayan

    Popayan

    Hotel la Plazuela à Popayan

    Hotel

    Hotel La Plazuela

    $150.000 à $200.000

    Rien que pour ce sublime patio on dit oui ! L’hôtel La Plazuela est situé en plein centre de Popayan, pour ceux qui recherchent le confort d’un hotel et d’une belle maison coloniale.

    Popayan

    Hostel Caracol à Popayan

    Hostal

    Hostal Caracol

    $0 à $100.000

    Voilà un hostal où l’on sent que ça va bien se passer… Parfaitement situé, tranquille, calme, propre et accueillant, tout ce que le voyageur en quête de repos vient chercher dans un hostal à Popayan non ?

    Popayan

    Araracuara hostal à Popayan

    Hostal

    Araracuara Hostel

    $0 à $100.000

    La décoration de l’Araracuara Hostel ne laisse pas indifférent, c’est vif, coloré, festif, comme l’ambiance de cette hostal en plein centre de Popayan. Cela dit si vous voulez vous reposer c’est peut-être pas le meilleur endroit 😉

    Comment se rendre à Popayan

    Depuis Cali

    • Bus : Depuis le Terminal de bus de Cali jusqu’à Popayan
    • Durée : entre 2h et 3h selon la compagnie
    • Tarif : entre $15.000 et $25.000
    • Compagnies : Expreso Bolivariano (2h), Expreso Palmira (2h30), Velotax, CootransHuila, Cootranar, Sotracauca, Trans Ipiales…
    • Départs : toutes les 10 min

    Depuis San Agustin

    Depuis San Agustin, il faut d’abord prendre un petit bus jusqu’à Pitalito.

    BUS | San Agustin — Pitalito

    • Compagnies : Coomotor, Cootrans Laboyana…
    • Durée du trajet : environ 45 min
    • Dernier départ à 19h

    BUS | Pitalito — Popayan

    Pour ensuite prendre un bus plus confortable jusqu’à Popayan.

    • Bus : Depuis le Terminal de bus de Pitalito jusqu’à Popayan
    • Durée : environ 6h
    • Tarif : environ $50.000
    • Compagnies : Cootranshuila
    • Départs : régulier toute la journée

    Notre site contient des formulaires et des liens qui vous permettent d'utiliser des services ou d'entrer en contact avec des prestataires que nous avons testés et que nous vous recommandons. Utiliser nos liens et nos formulaire c'est l'assurance d'avoir un service de qualité ET c'est soutenir notre blog. Pour vous cela ne change rien mais pour nous si ! Merci de votre soutien !

    Laisser un commentaire

    -15% sur notre boutique en ligne !

    En vous inscrivant à notre newsletter, le meilleur de la Colombie, une fois par mois (seulement) dans votre boite mail.